«

»

Juil 12 2019

Imprimer ce Article

Le vent, – Jonathan Bougouin

Il est imperceptible,

il est insaisissable,

D’une légèreté divine,

Toujours infatigable

Un instant rafraîchissant,

L’autre profondément glaçant.

Toutes les créatures,

Chacune dans leur posture se laisse caresser.

De leurs extrémités s’échappe-t-un bruissement,

L’expression du plaisir de quelques étirements.

Mais il revint en force en prenant de l’élan,

Faisant craquer les uns et les autres tremblant.

Ils furent épouvanté de le voir la gisant, 

un des leurs couché dans un dernier soupir,

A moitié arraché, il n’avait que cent ans.

Sans même se retourner, il partis en sifflant,

D’une bourrasque orgueilleuse

disant je suis le vent.

1+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-vent-jonathan-bougouin/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE