«

»

Fév 08 2019

Imprimer ce Article

Le veau qui s’est cru coupable – Christian Satgé

Petite fable affable

Com’ dit Maître Renaud, On est tous en ce monde :
« Libres mais dans l’troupeau, égaux devant l’bourreau ! »
Cela, c’est pas nouveau, nous rend souvent immondes
Sauf quand on est un veau qui se tient à carreaux.

Le nôtre, hélas, paissait au pré cette bonne herbe
Qui fait gras à tout heur, et dodu et pattu.
Égoïste, il passait là des heures superbes…
Or il a pour valeurs, celles de la vertu :
Voyant non loin de lui, un bouc et une bique
Bien plus mal lotis, il les invite auprès
De lui. Voilà l’ennui : les bêtes, maléfiques,
Souillent, comme en sotie, et avant la vesprée,
Saccagent pâture et clôture, tout de même.
Le veau s’en veut. Nature est son âme et fort blême
Son beau mufle humide et coupable. Réparer
Le mal il ne peut, té. On met pas aux arrêts
Pour crime de droiture, où est donc son dilemme ?
C’est d’avoir condamné ses frères et ses sœurs
De lait, sans chicaner, au foin du fournisseur.
En été, coup du sort, brouter de l’herbe en botte !

Quand vient le chercher son maître le vacher,
Las, il le trouve mort : pour cette seule faute
Son bon cœur a lâché, triste d’avoir gâché
L’herbage de repas, hier, si bons, si tendres,…
Mais peut-on le haïr, ce veau si peu chafouin :
Le remords n’attend pas que l’on se fasse prendre,
Rien ne sert de faillir, il faut pâtir à point !

© Christian Satgé – juin 2016

3+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-veau-qui-sest-cru-coupable-christian-satge/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE