«

»

Nov 30 2017

Imprimer ce Article

Le Silence des Lèvres… – Delloly

déjà traversant le Parc sous un silence
elle revit son rose sommeil à l’aurore
emportée par l’Amour sur l’Île aux lèvres
d’un osé auprès du Prince de ses rêves

Au dehors les mésanges s’amusent
derrière la fenêtre grisée de reflets
profitant de la mansuétude du soleil
inspirant l’ennui à vêtir la chambre
effaçant souvenance de l’aurore
de ses moments coquins et fragiles
auprès de la Muse s’étirant ravie

Silence s’égrenait même au midi
patientant sans un bruit des heures
jusques au moment des vingt sonnants
invitant belle Pasiphaé à se reposer
d’une longue journée œuvrée ailleurs
le poussant Lui ! l’oreiller à l’attendre
quoique bien pâle de son lin blanc

Ah que de songes de couleurs chaudes
le parcouraient en lointains horizons
où la Muse aimait tant se délasser
même parfois aux bords de Mers jade
se baignant nue d’une nage dorsale
plaisant aux dauphins et goélands
les gardiens de ses évasions oniriques

la pause d’un café le souvenir ressurgit
de sa nage tenue d’Eve guidée de dauphins
riant du ballet des preux goélands
observée du bout des lèvres du Prince

L’après-midi tout allongé et défroissé
Lui ! l’oreiller comme chaque jour et nuit
imagina qu’un beau matin du rose
d’un baiser de sa Muse Prince il serait
mettant un terme à sa folle légende
offrant à Pasiphaé Vie éternelle
au-delà des Vents et Marées du Temps

Aux dix-huit heures la nuit avancée
frissonna ses envies d’un baiser chaud
le froid trop présent l’embarrassant
point-il ne désirait être comme figé
à l’instant du posé de son visage
risquant d’être repoussé d’un Oh !
et jeté au loin sur un froid parquet

 

sur le chemin tarte aux fraises dégustée
s’imagina douce tête sur l’oreiller
se blottissant en Lui du parfum d’envies
se laissant goûter lèvres d’un baiser chaud

Il le savait se souvenant d’un Temps
où Prince il était à plaire aux Cieux
délaissant ses aimées à l’aurore
pour d’autres horizons aux longs cours
ne revenant guère déplaisant aux Dieux
le prévenant d’un sort… auprès de lèvres
un Temps que seule jugerait l’Immortelle

Seul un baiser abandonné au matin
d’une envie de Pasiphaé sans regret
devait le délivrer du sort à redevenir
ce Prince oubliant sa légende d’antan
las ! la Muse en connaissait la valeur
de sa grâce plaisante le quittait
dès l’aurore d’un taquin baiser lancé

il était belle heure de la tisane
en tailleur l’Oreiller adossé à la nuque
d’une langue glissant sur ses lèvres
Pasiphaé sourit du divin songe à naître

Tard dans la nuit, la Belle s’allongea
replaçant l’oreiller à sa convenance
ajustant un doux baiser de jouissance
pour que la nuit il lui plaise à ses désirs
en tout horizon et sur peau à foison
et rêve lui aussi au Baiser de l’aurore
où Prince il deviendrait celui de Pasiphaé

 

Oli ©Le Silence des Lèvres
©(P) -30/11/17 à Pasiphaé la Muse (libre) Phe04

(« c’est l’histoire du jour conté d’un…..et de sa dormeuse ») Part C

5+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-silence-des-levres-delloly/

8
Poster un Commentaire

avatar
5 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
Lèvres à l'Aurore... - Delloly – Plume de PoèteChristine GautheronFattoum AbidiDellolyChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Christine Gautheron
Invité
Christine Gautheron

C’est magnifique, plus qu’un conte, plus qu’un poème, une véritable nouvelle… Merci c’est beau
Ch

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bravo Oliver jongleur ses magiques mots sensationnels et émotionnels j’ai adoré ma lecture un véritable délice
Mes sincères amitiés
Fattoum.

ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Les lèvres font silence….mais les mots, si beaux, disent tant de choses !
Cet oreiller a trouvé en toi un merveilleux avocat…. car triste bien sûr, il deviendra
peut-être, grâce au rêve, celui qu’il espère, le Prince de sa Belle Pasiphaé…
Qui sait ?…..
Merveilleuse histoire pleine de charme, d’amour, de tendresse et d’espoir !
Merci Oli pour ce partage onirique
Baisers

Chantal

Anne Cailloux
Membre

Sourire…Oh, jeté au loin sur un parquet froid ! Pauvre oreiller.
Que j’aime cet écrit, Jaime donner âme et parole moi aussi aux choses
il est le plus heureux mais le plus malheureux…..
Plein d’émotion.mince, vous pourriez presque écrire un livre avec la vie de cette oreiller.
J’adore, j’acheteeeeeeeee.
Merci à vous Olivier.
baisers
Anne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE