«

»

Fév 08 2019

Imprimer ce Article

le sapin et le roseau – Kamel usbek

 

Sur une terre se dressaient un pin et un roseau,
Arrogant le sapin se moquait de son voisin,
Mon pauvre compagnon les chèvres avec leur museau,
T’ont mis à nu, tu ressembles peu à tes cousins.

A la moindre brise,tu te courbes tel un arc,
Tendu par un bras musclé vers une cible, sans trac,
Ton front effleurant le sol, ton air pitoyable,
L’unique ami sur ces terres non arables.

Quelle malédiction réservée, pour y naître là!
Aux côtés d’un tel compagnon à orgueil si bas,
Dieu seul m’est témoin combien d’hiver j’ai pu vaincre?
Mon tronc et branches tordus par ces vents à craindre.

Ces pluies et ces neiges qui m’alourdissaient les bras,
Ces soleils vifs qui me brûlaient la crête à ras,
Ces nuées de moineaux émeutiers, ces hôtes ingrats,
Dérangeant ma quiétude, avec leur guano gras.

Ils pillent ma richesse, habitent mes branches,
Ils commèrent de jours, comme sous les nuits blanches,
Ces insectes me chatouillant les bras et orteils,
Ajoutant à mon supplice, plus que je ne paye.

Vois-tu ô! Mon cher ami à quel point je souffre,
Mais ma cime vers le ciel, jamais dans le gouffre;
Alors que toi, tu te meuves au moindre souffle,
Comme un vieillard tremblotant dans ses pantoufles.

Le roseau se tue, avalant ces propos amers,
Le soir venu, une tempête enjambe la mer,
Emportant tous ce qu’elle pouvait sur son passage,
Le sapin craquait, sentant un mauvais présage.

Il grinçait, s’efforçant à garder son pied bien droit,
Sur ces lieux qui les a conquis, depuis avec foi;
Quand au roseau, il avait le dos courbé ce soir.
Elle s’acharna sur l’arbre, le secoue à sa gloire.

Têtu, notre sapin, luttait avec courage,
Mais cette nuit là, elle avait l’avantage,
Il céda désespérément dans un grand fracas,
A la fin d’une existence pleine de tracas.

Un dernier regard au roseau, le temps d’un adieu,
Tiens bon mon petit, tu seras le maître des lieux,
Le roseau pensait, avec une grande tristesse,
Mieux courber l’échine, que d’affronter une diablesse;

Regardait le colosse étendu à son pied,
La force s’use, elle est bien éphémère,
Penser qu’elle perdure, c’est bien une chimère;
Mais la ruse demeure toujours notre cimier,

Que l’on soit un fin génie ou un humble fermier.

   

troubadour © copyright ( 04/11/10.)

 

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-sapin-et-le-roseau-kamel-usbek/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Ouzag Djamel EddineChristian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Christian Satgé
Membre

Un bel hommage à la Fontaine et à son chêne et son roseau. Un travail de réécriture du meilleur aloi qui amorce une réconciliation avec ce géant chenu ? Amitiés d’un roseau pensant, quoique pansu, parmi d’autres…

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE