«

»

Juil 16 2019

Imprimer ce Article

Le routard et le broutard – Christian Satgé

Petite fable affable
 
Auprès d’un gave qui griffe un versant rocailleux
Embuant de rosée le bavardage des feuilles
Et rafraîchit prou l’haleine de vents vétilleux
Qui courent dans la touffeur de ce beau jour qu’endeuillent
Déjà les ombres, un chemineau croise un troupeau las.
Il s’approche d’un grand agneau qui, lui, point trop timide
N’a pas fui à son arrivée, goûtant l’herbe humide.
Le coureur de chemin interpelle l’échalas 
Qui ne sait, saisi de verte peur, que rester là :
« La faim me ronge et j’ai envie, en cette demeure
Bucolique, de ripailler de plus grassement.
Viens à moi : nous sommes, pour ce faire, à bonne heure !
 
Pourquoi ?… Je ne vous connais ni des lèvres ni des dents ?
Et si tu fais ainsi que tu dis, mon si bon maître
Et son chien, l’Ami, te châtieront méchamment !
Ce jourd’hui, ou bien demain, assurément…
 
Ton berger n’en fera rien. À mon pensement,
Si c’est celui qu’au village j’ai cru reconnaître,
Ce gros grison barbonnant se meut si pesamment !
Il doit dormir sans se torturer les mérangeoises
Et son cabot rhumatisant va comme escargot
Retraité en vacances !… Alors mon brave nigaud
Je vais t’occire et te bâfrer crû, à la grivoise, 
On pensera que c’est l’ours qui encore a sévi.
Tu vois je ne risque rien du tout, ma bestiole ! »
L’ovin déjà sent que la vie en lui s’étiole…
 
« Sauf, Compère, si l’ours que tu dis n’a guère envie
D’être accusé à tort ! » fait une voix qui rigole
En son dos. C’était un plantigrade hérissonne
Qui la patte en l’air poursuit : « Puisque tu veux,
De force forcée, faire de moi un coupable, ton vœu
J’exauce : autant être fautif si l’on me soupçonne ! »
Et il abat cette si peu aimable personne.
 
© Christian Satgé – février 2019
1+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-routard-et-le-broutard-christian-satge/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Fattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bravo Christian superbe fable c’est profond et enrichissant, avec beaucoup de finesse et depuis la société animale vous nous faites une merveilleuse fable mes féliictations, reste le pardon le noble maître selon mon avis en apprenant de la vie.
Excellente journée
Mes amitiés
Fattoum.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE