«

»

Juin 19 2017

Imprimer ce Article

LE REPENTIR DE CARTOUCHE – par Frédéric Matteo

https://www.youtube.com/watch?v=p2w8W_f06M4

Le repentir de Cartouche

Dieux ! Ce fou que je fus d’avoir cru en ces hommes

Sur la foi de ces feux de joie partageant l’or !

Triste fou que je fus ! Moi qui croquai la Pomme

Des voleurs, du moment qu’ils étaient de mon bord.

 

Qui put croire qu’au fond, du fond de leurs yeux louches,

Puisse naître jamais la flamme de l’honneur ?

Qui put croire un seul mot prononcé par leur bouche,

A moins de l’avoir su des couches du bonheur ?

 

Oui, je fus celui-là – le bien-nommé Cartouche –

Qu’on disait fin, rusé, sûr, et grand connaisseur

Des tirs et des parfums et des vins qui font mouche !

Dupé par ses espoirs et ses nuits de noceur…

 

Je fus bien celui-là du royaume de France

Qu’on fêtait sous le nom de Prince des voleurs,

Et qui leur pardonnait leurs sombres legs d’errance

Sans douter un instant de leur noble valeur.

 

Lui, qui rêvait d’un peuple affranchi de la crainte,

Juste et rétributeur, prêt à risquer son sang

Chaque fois que les fers où le tyran suinte

Dresseraient devant lui leurs barreaux indécents,

 

Qui souffrait avec ceux qu’avait tranchés le sabre,

Déchiqueté la balle ou l’âpre croc des chiens,

Et leur venait en aide, avec foi, sans palabre,

Avec la loyauté d’un homme envers les siens.

 

Eux que je protégeais, que j’appelais mes frères,

Et prenais sur mon cœur aux heures de la nuit

Où nous fêtions notre or au milieu des cratères,

Comme si du vrai ciel ils étaient le doux fruit.

 

Prêt à tout affronter au secours de leur vie,

J’avais tout partagé des heures où la mort

Dressait sa faux, là-haut, se pourléchant d’envie,

Et tentait chaque instant de ruiner notre effort.

 

Nous avions fédéré plusieurs milliers d’âmes,

Unies comme un seul homme autour de nos combats ;

Dans les yeux de beaucoup grandissait une flamme

Qui disait fièrement : « je ne suis plus d’en-bas ».

 

C’était hier seulement ; mais déjà nul visage

De ces fiers n’apparut au devant du gibet

Qu’on me fit un matin pour mon dernier voyage,

Ni à l’heure où fusa le premier quolibet.

 

Je pardonne aux derniers; ils étaient neufs encore ;

Mais je n’épargnerai les premiers compagnons.

Ils savaient que pour tous sous le supplice Maure

Je gardai le silence à l’endroit des Questions.

***

Retrouvez le poème en audio/vidéo en cliquant l’un des liens ci-dessous !

Passez un agréable moment.

https://www.youtube.com/watch?v=p2w8W_f06M4

https://youtu.be/p2w8W_f06M4

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-repentir-de-cartouche-par-frederic-matteo/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Frédéric MatteoOliver Delabre - (Delloly) Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Oliver Delabre - (Delloly)
Modérateur

Merci Frederic pour ce moment Alexandrin
J’ai apprécié
toutefois : il est dommage que rimes “singulier et pluriel” soient
(âmes/flamme, sang/indécents, hommes/pomme, louches/bouche …)
ce qui est contraire au code , à moins que tous le soient !
mais je le reconnais, ce n’est jamais aisé d’y parvenir !
Mais pour un Alexandrin, noblesse oblige, me semble-t-il !

Bravos
Oliver

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE