«

»

Jan 22 2017

Imprimer ce Article

Le poéte et la reine Zoubeydha(reconstitution) – Malik

Rasheed était dans son campus tous prés

De sa fidele femme Zubaydah bien aimée

Abu Nawas le trouva inquiet dérouté

Il savait qu’il était occupé de pleines activités

 

Son administrateur le conseilla et lui dit:

Pourquoi ne pas saisir le plaisir de la vie ?

En face de vous ces femmes en toute beauté.

Tirer profits des délices de ce paradis.

 

Il ajouta description et tentation.

Alors Haroun retrouva de la sensation.

zoubeydha réagit par crainte et jalousie

Elle se manifeste en douceur et sans courtoisie

 

Sur le campus Rasheed est allé à son épouse

Il ne la trouva pas agile à son guise

J’ai jamais eu quelque chose et encore

Valait mieux lui faire des reproches, des remords.

 

Elle se leva de sa présence en colère

Incita Certains fiduciaires d’allez battre,

Le poète Abu Nawas dans sa demeure.

Infliger une raclée à ce conspirateur.

 

Dans sa maison Ils l’ont battu à tiges

Il est souffrant et malade de vertige

Un mois après, Certains serviteurs l’ont trouvé,

Affaiblit, Au Palais du Calife ils l’ont conduit.

 

Rendu compte que Zubaydah détourne audience

Y a t-ils des nouvelles a raconter dans ta présence?

Quelque chose au sujet des femmes et de leur beauté

Le poète méfiant: rien à dire juste le gout amer de la vérité.

 

La monogamie me fascine dans la vie elle est banale

Adéquation d’un couple et modèle idéal

Vivre en paix, servir son peuple et sa dynastie

Au lieu de poursuivre les femmes et les délices infinis.

 

Rasheed: Malheur A Aba, Nawas ce maudit!

Sortit son épée voulant tuer le Poète,

Derrière le rideau une délicieuse voix fluette

Abu Nawas Vous n’êtes pas causé elle dit –

 

Tu as réussi ! personne n’alla te pourchasser

Le roi non convaincu ,il a su ce qui s’est passé

Pour le poète ce ne sont que des mots

Ils lui ont apporté les douleurs et les maux.

 

Primé, il lui cita de ses merveilles en vers bien rimés:

J’ai été frappé par la catastrophe une fois dans la vie

Mais de la main de ma maîtresse Zubaydah ta chérie

. Ils Riaient tous Les deux, et lui accorda d’autres prix..

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-poete-et-la-reine-zoubeydhareconstitution-boussella-douadi/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Boussella Douadi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :