«

»

Mar 29 2015

Imprimer ce Article

Le passage – Angel Black

Extrait du recueil de poésie “Voyage au coeur de l’âme” de Angel Black

Le passage

En ces heures où le manque devient mon ultime raison
d’être, je me fais l’architecte d’un rêve aux couleurs irréelles. Je
ferme les yeux et entrouvre mon âme meurtrie par ce manque
de vous qui m’envahit certaines nuits. J’imagine des passages
interdits m’offrant une porte entrouverte vers le paradis. Je
transperce les nuages de mille et une échelles flottant à travers
un ciel d’ombrage et je les hisse une à une pour pouvoir atteindre
votre doux visage. J’entrelace les cordes pour les accrocher à
l’horizon, aidée de montgolfière éprise de liberté pour remonter
ce ciel d’immensité pour mieux vous retrouver. Je voudrais
pouvoir frôler votre main encore une fois, caresser votre joue du
bout de mes doigts. J’aimerais me blottir une toute dernière fois
entre vos bras. Le ciel paraît tellement immense à cet endroit et
je prends la pause un instant et me remplis d’émoi. L’ouvrage est
si grand et mes espoirs si petits, que même dans mes rêves rien
n’aboutit. Ciel d’ombrage aide-moi à percer tes mystères que je
puisse enfin retrouver l’apaisement sur cette terre. Existe-t-il
vraiment un passage à travers les cieux, j’aimerais tant pouvoir
encore contempler vos yeux. Je voudrais juste voler au temps un
court instant, un petit moment suspendu rien qu’entre vous et
moi, juste un aparté où je pourrais vous dire que vous me
manquez tant. Mais le ciel est bien trop immense et à chaque fois
je me perds dans mes errances. À chaque pas de plus l’évidence
m’offusque et je dois me résigner à rebrousser chemin une fois
de plus. Je regarde alors ce ciel impénétrable et j’aperçois enfin
votre sourire qui me chavire et je sais alors que seule la mort
pourra nous réunir. Je vivrai donc dans l’espoir de vous revoir
jusqu’au jour de mon grand départ. Mon cœur sera votre
demeure en attendant qu’il ne se meure et je vivrai ma vie avec
amour avec passion sans jamais renoncer, puisque de toute façon rien ne peut vous rendre à mes bras. Écoutez mon cœur qui bat, entendez mes prières elles vous indiqueront que vous vivez toujours en moi et ça jamais la mort ne me l’enlèvera…

“À tous nos êtres chers partis bien trop tôt”

๑۩۞۩๑ © [email protected] ๑۩۞۩๑ ©

angelblack03

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-passage-angel-black/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE