«

»

Oct 01 2020

Christian Satgé

Imprimer ce Article

Le papegai & la corneille – Christian Satgé

Petite fable affable 
Las du commerce des animaux domestiques
Et de répéter des mots banals dans le débarras,
À l’arrière de cette antique boutique
Où il avait, dit-on, ses pratiques, un ara
Se mit à réciter des poèmes et des fables
Pour un maître qui, vite, vint à le moquer.
Aussi, vexé, s’enfuit ce grand perroquet
Qui se voulait, ma foi, aussi noble qu’affable.Venant chercher reconnaissance par les bourgeons,
Il logea dans les ramées arborant la place
Du village où des moineaux, merles et pigeons
Avaient leurs habitudes et autres mœurs qui lassent
Hélas. Là, une corneille, matin, l’aborda
Sans façon : « Mon ami, grive ou fauvette valent
Mieux que toi sachant, certes bredi-breda,
Comment se nourrir à la saison estivale,
Comme à l’autre, par elles-mêmes. Tu dépends
De qui t’écoute, te faisant payer tes rimes,
Fruits d’un autre, par ce public aux dépens
Desquels tu manges prou… et fort becquette en prime. »

Comment comparer l’emplumé venu d’ailleurs
À ces piètres oiseaux siffleurs, tous incultes
À souhait ? Il fallait donc moucher le railleur
De cette si virulente et publique insulte.
Pétri de sa propre importance, n’étant pas
N’importe quoi et voulant que cela se sache,
N’étant n’importe qui et, en cette pampa,
Souhaitant que ça se dise notre Ara crache :

« Comment oses-tu, horripilant être en frac ?!

– Et toi ?… Ce n’est pas parce que tu quittes cage
Pour prison bien plus grande que, tout à trac,
Tu es plus libre par les bourgs ou les bocages ! »

© Christian SATGÉ – octobre 2020
0 0 vote
Note de l'article

Au sujet de l'auteur

Christian Satgé

Christian Satgé

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-papegai-la-corneille-christian-satge/

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Dites ce que vous en pensez, laissez un commentairex
()
x