«

»

Fév 11 2019

Imprimer ce Article

Le marlou et la caline – Kamel usbek

 

Il était un marlou, sans rêves, ni avantages,
Une Sorbonne de ses fanaudels sauvages.
Grinches, sans aucune pitié, vraies farouches,
Allégeaient les fouillouses, de leurs grandes louches.
Ils faisaient sur le trimar la grande soûlasse,
Ou forçaient de riches tournantes en masses.
Un jour les marchants de lacets l’attrapent,
L’envoient ramer dans la petite marine,
Mais le Coire, défiait le faucheur et l’écharpe,
Son père n’a pas fait le singe devant la caline.
Ainsi soit-il, il va épouser la veuve,
Elle, à l’occasion s’est mise à neuve.
Il n’a nul besoin de sanglier, ni prières,
Venu en corbeau, ce ratichon en serpillière.
La Sorbonne tombera dans la corbeille, 
le reste sur la balance ne s’éveille.

troubadour © copyright (10/2012)

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-marlou-et-la-caline-kamel-usbek/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE