«

»

Mai 19 2018

Imprimer ce Article

Le lierre, le liseron et le trèfle – Christian Satgé

       

 Pette fable affable

 

« Allons fanfaronne, larronne d’ipomée,
Tu ne verras jamais les cimes où je m’élève.
Et tu seras toujours en ton buisson paumée !
S’écrie le lierre, la fierté en sa sève.
Comme un couvre-sol, toi, tu gis à mes pieds
Plante infime, indigne liane estropiée.

– Peut me chaut, vert crampon ! Pour en arriver là,
Tu es obligé de t’agripper à ton chêne,
Tout collé à son tronc, l’enserrant aux jours las,
L’embrassant aux nuits rompues comme on s’enchaîne,
Vautré sans dignité comme un serf aux vouloirs
De cet arbre qui t’est, las, plus qu’un reposoir !

– Et toi, l’Amie, que serais-tu sans ton fourré ?

– Sur ce taillis-là je me pose et me repose,
Légère et fleuris à loisir ses ajourés.
Et toi l’étau, as-tu corolle à offrir, rose
Ou blanche ?… Eh, non mais tu as vu quelle horreur
Te sert d’ornement, dis-moi, noble discoureur ?

– La paix, je vous prie… et un peu d’humilité !
S’exclame, lassé par ces vents, un simple trèfle.
Moi qui n’envie ni ne suis, en vérité,
Envié de personne et vaux, las, moins que nèfles,
Je le dis, qu’importe votre élévation
Ou son poids… vous avez même filiation ;
Celle de ces êtres rampants qui doivent tout
A d’autres, alors que moi en donnant à boire
À qui a soif et à manger à qui, bon pistou,
À faim tout humblement, et cela sans m’en croire,
Restant, en tout cas, à ma place et mon rang,
C’est en étant moi-même, amis, que je me sens grand ! »

 

© Christian Satgé – janvier 2018

 

 

 

4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-lierre-le-liseron-et-le-trefle-christian-satge/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE