«

»

Juin 09 2019

Imprimer ce Article

Le ladre de la rivière – Christian Satgé

Petite fable affable
 
Un gros brochet, hôte brutal des eaux douces,
Passait pour un cauteleux coquin. Mesquin
Il n’aimait rien tant que ficher la frousse
En jouant au barracuda, au requin :
En plus d’être pingre, cette belle fripouille,
Querelleur en diable à vous chanter pouilles
Vous faisait brouilleries pour un ver de trop,…
Dans toute embrouille, il était un maestro.

Ce faquin prompt à vous quérir des problèmes
En rien godelureau, ni coquardeau,
Était couru des donzelles à la peau blême
Car, cette auguste terreur des batardeaux,
Était garni en cliquailles et en pécunes,
Ce qui, plus que ses charmes, attirait d’aucunes.
Il était étoffé, selon ce qu’en dit raton,
Plus qu’aucun fils d’Ondine ou que de bon ton.

L’avare cachait ses deniers occultes
Et ses écus francs, certes on ne savait où,
Mais il les serrait, et se faisant un culte
Du silence sur ce point. On cherchait partout
Le trésor de qui déprisait la richesse

Et les riches en ses bulles – carpes duchesses
Ou bourgeois poissons-chats, même moustachus –
Mais avait, selon tous, nageoires crochues…

Car tout ce qu’il pouvait à ses voisins, prendre 
En fait, importait plus que ce qu’il avait :
Pour son avancement, il aurait fait rendre
Gorge aux enfants qu’il n’avait pas eu et bravé
Ou navré ses parents qui n’étaient pas chiches
N’ayant jamais été, comme lui, tant riches.
Or il pleurait misère ce fesse-mathieu,
Volait veuve éplorée, orphelin amitieux,…

Pis, il supportait mie qu’on lui fasse des contes
Sur son bien. Un gardon en fit chansons,
Étant de ceux qui ont peu et beaucoup comptent.
Ces ligne furent pires qu’un hameçon :
Maître Dentu en fit repue : l’anarchiste
Prétendait échanger leurs pécules et listes.
Pour ce que nous possédons, on a mépris ;
Quelqu’un l’admire-t-il, on en voit le prix !

 
© Christian Satgé – novembre 2018
1+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-ladre-de-la-riviere-christian-satge/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE