«

»

Sep 15 2019

Imprimer ce Article

Le grand koudou et le lion – Christian Satgé

Petite fable affable
Sous un soleil blanchi qui a safrané
L’horizon d’une savane hélas fanée,
Un grand koudou, pour le coup peu doux, inspecte,
L’œil inquisiteur et la moue circonspecte,
Les terres de son souverain, Roi Lion,
Dont il est Vizir… Traité en morpion
Par un souverain fat et fol qui lui tombe
Sus pour un oui ou un non, et en trombe.
Pâtissant des atteintes de l’âge, souffreteux
Ce grand chancelier chancelant et malingre,
Tenait en lisière de tout son cauteleux
Et insultant sultan au demeurant plus pingre
Que mangouste : mais ce dernier préférait
Courir poils et plumes par garenne et guérets
Aux affres des affaires de l’État, épreuves
Insufférables. Il en avait eu maintes preuves.
Et si ne tombaient en quenouille acacias
Et herbages, il le devait à ce cornu, tête
Tant belle que bonne qui, sans falbala,
Sur toute chose connaissait, pas si bête,
Assez pour savoir se taire mais que le roi
Traînait dans la boue dont il était issu, froid
Et insinuant, agissant en grande gueule,
Ayant petite vertu et mine bégueule…
« Plaise à vous, Sire… » disait l’humble serviteur…
Le souverain ayant toujours un « Je veux ! »  sur la langue,
Un « S’il me plaît… » à l’encontre d’un débiteur
Ou pour clore toutes ses vaines harangues,
Arrogance et impudence étant, là, les deux
 Mamelles de ce sombre fauve un brin merdeux.
Aussi, le ministre parlait de mort sans cesse
Comme pour conjurer le sort qui seul dit la messe.
Trouvant que les us et la mode corrompaient
Les mœurs comme vermoulussure et pourriture,
Le gnare ignare encriniéré voulut saper
« Ce monde » pour en créer, sans fioriture
Un « nouveau » qui lui soit plus sage et soumis
Celui-ci, tant sen faut, étant moins qu’à demi
Satisfaisant. Il allait, lors, mener la danse.
Tant dit, tant fait… Et sans attente ni clémence !
Comme un scélérat ou le plus exécrable coquin,
Le bon koudou, chose tout à plein décroyable,
Se trouva la tête sur le billot, un faquin
De croco’ le mettant sous couperet ployable.
Du diantre si l’on comprit alors pourquoi
Mais on l’entendit prononcer ces mots narquois :
« Ce n’est que votre exemple qui change le monde
Pas vos opinions*, vous fassiez-vous immonde ! »
* D’après Paulo Coelho…
© Christian Satgé – avril 2019
2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-grand-koudou-et-le-lion-christian-satge/

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéAnne CaillouxBrahim Boumedien Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Toujours d’actualité, et bien vrai, plus encore qu’hier..
Bravo Christian
Anne

Brahim Boumedien
Membre

Triste réalité, visible encore de nos jours ! Merci pour ce partage intéressant et utile !

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE