«

»

Mai 04 2019

Imprimer ce Article

Le Flamenco – Philippe X

    Le Flamenco pour les gens du voyage mais plus particulièrement les Gitans, est élevé au rang de « religion ».

    Le style musical « Jazz Manouche » qui a ma préférence, est interprété sans que les paroles aient cet étrange phénomène de vous prendre aux tripes.

Cet envoûtement est appelé « el DUENDE ».

    Si je reprends sur un plan purement poétique EL DUENDE” est ce sentiment qui vous prend aux tripes faisant naître désir, volupté et sexualité.

    Sensations irraisonnées qui vous mettent la sensibilité à fleur de peau, frissons trahissant un plaisir intense, vague de fond qui va crescendo et qui  fait tomber les barrières et les inhibitions qui bloquaient jusqu’à cet instant les rapports conventionnels entre un homme et une femme.

    A qui est due cette perte de contrôle  qui vous mènera à découvrir des sensations nouvelles, bouleversant le corps et l’esprit.

    Elle provient de la voix, des gestes et des tonalités des Instruments de musique. 

    En précisant que dans cet art majeur, les mains (gestes) donnent des sons lorsqu’elles frappent. Je reprendrais plus loin le rôle important des claquements des mains.

    Lorsqu’il s’agit de prouver la légitimité de l’inspiration (aussi dans la tauromachie ) le terme DUENDE est employé et ne permet aucune comparaison entre l’inspiration et une copie de chant flamenco, par exemple.

    Mais quand on est possédé par « l’Alma Gitana » el DUENDE est forcément présent et contrôle les émotions, le savoir faire, le savoir être procurant à l’élu une «DUENDE ATTITUDE ».

    Ce terme proviendrait du latin ” DOMINUS”, puis ” DOMNUS’‘ et enfin ” DUEN ” qui donnera en espagnole ‘‘ DUENO”, c’est à dire maître.

    Cet état devient le maître de vos émotions.

    Dans la littérature ”el DUENDE” désigne les démons domestiques communément appelés : les charmes mystérieux et ineffables menant à la transe quand l’inspiration vient soudainement et transcende le chanteur, le musicien, le danseur, en génie .

    Pour certains le duende naît de la lutte d’un corps avec un autre qui l’habite et sommeille dans ses viscères.

    A un certain moment, l’individu provoque ” ce génie mis en sommeil” et provoque le réveil de ce dernier.

    Une virginité « nouvelle » est alors présente, prenant l’âme et le corps, donnant naissance à un instant de grâce ou plus rien ne ressemble à plus rien.

    Instant magique.

    Je reviens à cet art majeur qu’est  « EL FLAMENCO ».

    À l’origine, en Espagne, le flamenco consistait en un simple chant a cappella”  ou « canto a palo secco ».

    Le premier genre fut «la TONA» établie dans le triangle formé par TRIANA, JEREZ et CADIX en Espagne.

    Diverses origines qui se perdent dans l’histoire des peuples, composant dans les siècles passés, les habitants du sud de l’Espagne.

    – termes arabes felah-menkoub, qui associés signifient « paysan errant »

    – nom d’un couteau ou d’un poignard. ” El melitar, que sacó para mi esposo, un flamenco ” traduction « Le militaire, qui sortit pour mon époux, un flamenco ».

    – nom donné au genre pour l’oiseau appelé flamenco (Flamand rose) par R.MARIN…….Il justifia sa position en argumentant que les chanteurs interprétaient le chant avec une veste courte, qu’ils étaient grands et brisés à la taille. C’était la raison majeure pour laquelle ils ressemblaient à l’échassier du même nom.

    – Termes des anciennes Flandres (flamenco étant la traduction espagnole de flamand) …. Toujours pas été vérifiée.-

    – Manuel García Matos, quant à lui, affirme : « Flamenco provient de l’argot employé à la fin du 18 eme siècle et au début 19 eme  siècle pour cataloguer tout ce qui signifie ostentatoire, prétentieux ou fanfaron ou, comme nous pourrions le déterminer d’une façon très andalouse :

     echao p’alante (débrouillard) .

    Pour ce même auteur, ce serait un mot germanique qui signifierait « flamboyant » ou  « ardent ».

    Il est souvent dit que le flamenco est né des Gitans. Ce qui, comme le souligne Michel Dieuzaide n’est pas tout à fait exact, et de nuancer :

    « Le flamenco ne se confond pas avec les Gitans, il s’en faut ; les payos (ou gadgé pour les Roms) y jouent un rôle important, mais les Gitans lui donnent son style »

    Certains historiens considèrent que les Gitans par nomadisme, ont fortement contribué à la diffusion du flamenco en arrivant en Espagne, au début du 15 eme siècle. Ils ne furent pas seulement les diffuseurs de cet art, mais les importateurs de la sémantique flamenca, dont la source est indienne, aussi bien pour la danse que la musique. Des sculptures anciennes montrent des jeunes filles qui dansent, tenant à la main des “clochettes “ …..peut être l’origine des castagnettes.

    Vous rappelant que les origines de ces peuples sont des rives de l’Indus

    Les Gitans s’inspirent également des cantiques liturgiques chrétiens mozarabes ou « rites mozarabes », dont la présence est attestée dès le début du 10em siècle

    Enfin, la profonde sensibilité musicale des Gitans, puise également dans la douceur, l’exil et la tristesse des berceuses des mères juives .

    Il renferme aussi et surtout les trois mémoires de l’Andalousie, mêlées de façon inextricable :

    la musulmane : savante et raffinée

    la juive : pathétique et tendre

    la gitane : enfin, rythmique et populaire ».

    Aujourd’hui, cette classification n’a plus la même signification.

    Le caractère  jondo  ou chico  est moins fonction du style de compas (soléa, buleria, tientos…) que de l’interprétation qu’en fait le chanteur.

    Par exemple, de nombreux chanteurs interprètent les fandangos libres, ou les bulerias, comme des cantes jondos…...mélange des genres…..commerce oblige !

    Je vous communique un tableau bigrement bien renseigné et qui vous sortira des erreurs et des « on dit que » dont les soit disant « amigos des  Gens du Voyage » se délectent.

    Affaire de spécialistes et avis de puristes qui, comme d’habitude, embrouillent le sujet de précisions et de disputes de chapelles.

Les claquements des mains pour accompagner s’appellent : PALMASFlamenco ou FlamMes and Co .....

la danse : BAILLA

Flamenco ou FlamMes and Co ..... 

avec les pieds (zapateado, une sorte de claquettes) Flamenco ou FlamMes and Co .....Zapatos étant les chaussures.

 

La percussion se fait souvent avec le cajon, et avec les castagnettes

La guitare classique en français est la guitare flamenca. La musique peut être nommée le TOQUE.

                                                                                   Très, très important pour donner le rythme.

 

                                                                                            Flamenco ou FlamMes and Co .....

Par ailleurs, on peut ajouter à cette liste d’autres styles plus folkloriques, plus modernes, ou certains styles hybrides :

 Styles hybrides 

Solea por buleria

Jaleos

Zambra

Liviana

Serrana

Buleria

Cantes del Levante

Taranta

Tarantos

Minera

Cartagenera

Styles folkloriques :

Seguidilla

Colombiana

Garrotin

Farruca

Malagueña

Rumba

Cantinas :

 

Cantina

Romera

Alegrias

 

    Auxquels il faut encore ajouter les sous-catégories propres à certains styles.

    Il existe ainsi plusieurs variantes traditionnelles :

 Soleares,

Bulerias, 

Tangos, 

Antinas, 

    Fandangos (qui est le style le plus riche en termes de sous-catégories : il existe quasiment un fandango par village, et par interprète spécialiste des fandangos).

   Tona, proche du martinete, et qui s’interprète également « a cappella » constitue quasiment un style en soi, les « saetas » sont également très flamencas dans le sud de l’Espagne.

    Compliqué…  ben oui tout comme le sont ses interprètes!

    Ne vous cassez pas la tête, laissez aux érudits les bourdonnements d’oreilles, les bavardages stériles, et gardez pour vous le PLAISIR d’écouter et de danser.

 

©Philippe X – 04/05/2019

 

5+
En roue libre | [email protected] | Site Web

'' nul n'est prophète en son pays''...c'est pour cette raison que je voyage.
''Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit.''...vous êtes mes invités, au banquet de la littérature....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-flamenco-philippe-x/

9
Poster un Commentaire

avatar
5 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
Philippe XAnne CaillouxDellolyChristian SatgéChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Delloly
Modérateur

Cher Philippe, je reviens danser un O sur ce beau texte
juste pour vous demander de parcourir ce texte sur une “danse” composé en 2017
https://www.plume-de-poete.fr/songe-dune-nuit-aux-tuileries-delloly/ … dîtes-moi votre impression
et vous comprendrez raison de ma passion pour Esmeralda…. de son air bizetain… et huhoien
Merci
Ol.

Anne Cailloux
Membre

très beau texte, très complet.
Je pense que si les paroles avaient un impact, cela enlèverait le charme qui vient de tout le reste. Même sans paroles cela se suffit à lui même.Il me semble d’voir été rue de charronnes Paris, un restaurant ou les notes de jazz manouche se font entendre.
Oui ce sont les sens qui parlent avec ce flamenco.. et pas que.
merci de ce partage très agréable.
Anne

Delloly
Modérateur

très interessant Cher maître des Terres inconnues
Le flamenco étant envotant, je comprends mieux pour quoi un Bizet et sa Carmen l’on été durant mon enfance
comme cette Esméralda de son parfum… J’ai toujours associé fado avec flamenco comme étant cousins
quoique le fado soit chanson….mais l’art est iberrique…
légend il me semble qu’au départ ils étaient liés… comme le gospel et le blues-jazz l’étaient
je dirais ; “de la pauvreté s’émanent danses et chants tel un océan de ses vaquelettes, jusques à devenir une Terre”
j’adore
merci Philippe
Ol

Christian Satgé
Membre

Voilà une belle leçon de danse et d’érudition sur la plus sensuelle d’entre elles. Du coup, je “cueille la pomme, je la mange et je la jette”, comme disent les hommes qui zapateadent le mieux. Mer pour ce petit bonheur du soir… De beaux rêves en perspective. Merci l’ami.

ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Très bel exposé. en hommage au Flamenco
Merci Philippe pour toutes ces précisions détaillant les diverses origines de cette magnifique danse,
danse enivrante s’il en est… et les appropriations que chacun en a fait.
Vraiment très intéressant, très beau texte
Amitiés

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE