«

»

Jan 04 2019

Imprimer ce Article

Le fauve et Madame – Christian Satgé

Petite fable affable

Un vautour fauve, fort chauve de surcroit,
Sur nos monts et vaux faisait planer son ombre.
Il s’en trouvait pratiquement le seul roi :
La crainte de ses exactions, sans nombre,
Faisait de ce sournois un être sombre,
Lui valait respect, crainte, soumission,…
Son règne ici n’était donc qu’oppression.

Son épouse était princesse sans clémence
Et une conseillère sans pitié,
Déchiquetant tout pour en faire bombance :
Leur justice, aimant beaucoup à châtier,
Variant au gré de ces gens entiers,
Était sous son aile et, pis, entre ses serres :
On ne pouvait qu’être ami ou adversaire !

Une buse, oiseau lige de ce vautour,
Oublie, un matin, de saluer sa reine
Distrait par le vent qui joue de sales tours
Sur nos monts et vaux où, souvent, il sirène
Et gêne jusqu’au vol de la suzeraine.
Mais le lèse-majesté est criminel,
Soit-il purement inintentionnel !

Procès. Pas de circonstance atténuante.
Mise à mort. Pour dommage et intérêt,
La souveraine obtint, vanité puante,
Que la couvée de la buse, par arrêt,
Soit aussi sacrifiée. Miserere.
En public. Comme la mère. Pour l’exemple.
On verrait s’il fallait des sanctions plus « amples » !

De tels actes, répétés, l’adage est né
Par nos monts et vaux, qui dit sans chicaner :
Derrière tous les salauds de ce monde
On trouve une salope, souvent tapie,
Au moins aussi vile, mauvaise et immonde
Que lui pour l’aider à vous mettre au tapis !

© Christian Satgé – Septembre 2015

2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-fauve-et-madame-christian-satge/

8
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
Serge CampagnaSimone GibertFattoum AbidiChristian SatgéBéatrice Montagnac Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Serge Campagna
Membre
Serge Campagna

C’est en tout cas ce qu’on dit de nos monarques. Quand à nos égéries présidentielles, on se demande ce qu’elle peuvent bien faire sur le tapis ! Une fois de plus j’ai adoré cet habile maniement du vocabulaire et ces vers aériens. Y aurait-il une oiselle derrière vous pour nous mettre chaque fois au tapis ! (bien sûr je ne veux pas savoir, le mystère est si savoureux !!!) Amitiés confraternelles (certains disent que j’ai beaucoup de mal à faire le “fraternelles” et que pour le reste ça va…)

Simone Gibert
Membre
Simone Gibert

Merci Christian pour ce texte aussi beau que cruel,qui n’en est pas moins, hélas, souvent réel !

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bonsoir Christian superbe texte bravo merci
Mes meilleurs vœux encore une fois pour l’année 2019
Mes amitiés
Fattoum.

Béatrice Montagnac
Membre

Bonjour j’aime votre poésie belle plume
Je vous souhaite une belle année 2019

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE