«

»

Sep 27 2019

Imprimer ce Article

Le dogue enrichi – Christian Satgé

Petite fable affable d’après Le Renard et le Dogue de L.-L. Buron
 
Un certain jour, un dogue, explorant un terrain
Déconnu, dangereux à s’y rompre les reins, 
Ce qui lui sembla un trésor il y découvre :
Un petit coffre empli d’or qu’une dalle recouvre :
« La bonne aubaine !… Déterrons et emportons
L’inattendue cassette. » Loin d’être avorton
Ce labour-là lui paraissait prou accessible
Mais ses pattes ne suffisaient pas. Impossible
D’exhumer la richesse en ce sol endormie.
Le chien avisa un renard qu’il connaissait mie
Mais qui fut attiré céans  par son manège :
Les bergers aiment tant prendre roués au piège ! 
« Ami, dit notre pataud pattu, aide-moi :
 J’ai su flairer une belle occas’ mais l’émoi
Et le branle que je me donne, hélas, ne suffisent
Point à ce que j’en profite. En tout franchise,
Si tu m’aides je t’en donne pour moitié ! »
Le matois, fin et adroit, sait son métier :
« Mais si je te prête mon concours, cher compère,
Toi qui quiers de moi un secours, et l’espère,
Ta gueule tantôt me fera un triste sort
Car je sais la haine des tiens et les ressorts
De leurs actes. Me crois-tu donc suicidaire ?
Comme on dit en ma prudente renardière : 
Demander à qui emploie ruse et fourberie
Ne se fait que pour quelque fraude ou duperie ! »

Le menteur animal s’en fut de ce pas dans un rire.
Déconfit, le toutou pourtant vint à sourire :
« Sot que tu es : pourquoi au premier venu
Te confier, risquer ton bien. Quoiqu’à nu,
Le sol cache encore ses pièces. Abandonne
Un temps, la partie et cours là où on te donne
Ta pâtée. Ton maître, en vrai, n’est guère si loin ;
Il est probité et ce serait payer ses bons soins
Que de partager avec lui, si doux et si juste. » 
Revenu au bercail, il conduisit le fermier
À la dalle qu’il avait trouvée premier.

 
L’homme en hardes se sachant, aussitôt, si riche
Trouva que partager relevait de la triche :
Il tua son fidèle ami, découvreur de la friche,
Qui comprit, mais trop tard, que jamais, quel qu’il soit,
Il ne faut estimer son prochain d’après soi.
 
© Christian Satgé – avril 2019
4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-dogue-enrichi-christian-satge/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Laurence de KoninckChristian SatgéAnne CaillouxBrahim Boumedien Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Laurence de Koninck
Membre
Laurence de Koninck

Encore une fable joliment contée qui donne belle leçon de vie. Merci et bravo Christian!

Anne Cailloux
Membre

Encore bien vrai, et encore plus d’actualité.
A retenir et à ne pas oublier.
Merci à vous Christian, très très bien écrit.
Anne

Brahim Boumedien
Membre

Merci pour ce partage intéressant et utile comme toujours dans cette vie qui cache bien des tours !

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE