«

»

Mai 17 2019

Imprimer ce Article

…Le Dîner du Soir – Delloly

01-Dix-sept heures, le temps passe vite
la maison d’Yze fredonne de paroles
que disent-ils ? Je pose les clefs sur le meuble
dans le salon les parents papotent
les frères et soeurs délibèrent de rien
que je ne connaisse, traversant le salon
leurs enfants s’amusent,
au bas de l’escalier
le ciel est gris, pourtant c’est l’été
le jardin a chaud attendant la pluie

Sous les marronniers certains jouent au foot
sur les pelouses en descendant
d’autres prennent un bain de soleil
plus bas, la Creuse semble inerte
pourtant au barrage en amont
l’eau bouillonne de l’écume blanche
la vie est douce au jardin d’Yze
les roses et arbres fruitiers le parfument
comme abeilles, papillons, puis hélas
frelons se prenant pour des “zéros”

 

 

 

 

03-Au bord de la Creuse, le canoé et bateaux
chuchotent délicatement l’eau
pas de vents, juste temps lourd me décidant
à tenter le moulinet pour plaire
à un sandre ou brochet passant
en aval à cinquante mètres, je pêche
enfin je me délasse comme l’impression
d’être un nénuphar tanguant sur léger vent
plaisant plutôt aux demoiselles de leurs ailes
frétillant partout où elles peuvent se poser
lorsque un brochet plutôt curieux
raccompagna la cuiller au bateau comme
clignant de son oeil par ennui peut-être,
et d’un clac se retourna d’un éclabousse

Bizarrement je l’ai trouvé touchant
ce brochet, venant m’adresser son bonjour ;
Ô je me persuade qu’il ne faut pas le tenter
mais point Je ne peux revenir bredouille
tant de bouches à nourrir quelque part
je change de canne, et d’appâts pour sandre
ce brochet de son clin d’oeil me l’a suggéré…

Passa le temps somnolant comme le soleil
glissant au soir ; le fil trembla puis s’emballa
un sandre vint alourdir le bateau
m’indiquant de l’évidemment le repaire
de renégats lesquels vinrent en besace ;
curieusement je remis l’indicateur
nageant en bourriche, à l’eau ;
il m’avait bien aidé le chenapan

Remontant l’escalier menant au jardin
m’attendant aux reproches du retard au dîner
ces trois sandres plurent à tous
enthousiasmant neveux et nièces
satisfaisant parents d’un sourire joli
rouspètant soeurs ne désirant les préparer
comme d’autres à les goûter pour leurs arrètes ;
point ne les écoutais, comme d’habitude
je serais hélas leur dépeceur en filets,
pour la cuisson, faisant confiance à d’autres

Au cours du repas, repensais à ce Sire
le brochet bien malin et à son lointain
cousin, le perfide sandre pour son aide,
qui était le plus cruel ?
celui qui montre de sa nageoire l’endroit
ou celui qui vous propose ennemis cousins
voire celui qui ramena les trois renégats
car quelque part j’avais sauvé petites proies
et permis à d’autres de se nourrir mieux

 

Oli ©…Le Dîner du soir
©(P) -20/08/83   ..

 

9+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-diner-du-soir-delloly/

8
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
Khadija ElbaharDellolyFattoum AbidiBéatrice MontagnacChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Khadija Elbahar
Membre
Khadija Elbahar

J’ai aimé cette poésie; et cette histoire très beau Dellolly

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bravo Oli pour ce tableau magiquement peint avec votre pinceau poétique. Des fines et nostalgiques émotions captivantes nous épate.. Des belles images sensuelles au bord d’une rivière apaisante et généreuse. J’ai délecté ma lecture comme vous l’ avez fait aussi avec votre beau poisson:). Il me semble?
Agréable après midi
Fattoum.

Béatrice Montagnac
Membre

Ce sublime poème nous offre une belle métaphore d’une vie au bort de l’eau à la pêche j’ai vraiment adoré merci

ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Quel beau souvenir conté de telle façon que le paysage se dessine au fil des mots
Partie de pêche entre frères, bien décidés à ramener le dîner…
Chaque vers nous fait vivre les émotions, du bord de la rivière jusqu’au retour à la maison…
Magnifique poème
Merci Oli

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE