«

»

Jan 09 2019

Imprimer ce Article

Le coq et le chien, Guillaume AATIRA

Jean Gens, pauvre fermier du beau pays de France,

est bien abattu depuis qu’un vil renard lance

ses terribles assaults contre son poulailler.

L’animal vient la nuit sans un bruit batailler

Les poussins, les poules et les grasses poulettes

Ne laissant au matin que d’horribles squelettes,

Des tapis de plumes mêlées au foin

Et des coquilles d’oeufs dans chaque coin.

Quel spectacle pour Jean ! Lui qui vit de ses poules.

En perdre une est tragique, en perdre dix, tout croule.

C’est ainsi qu’il partit chez un de ses amis

Pour acheter une arme contre son ennemi ;

Cette arme était un chien, courageux, fort, fidèle,

Toujours sur ses gardes comme une sentinelle.

Personne ne revit le renard assassin

Et tous étaient en paix, fermier comme poussin.

Malgré tout le bon chien avait une manie :

Il hurlait comme un fou à la lune qui brille.

Jean ne le gronda pas : C’est naturel aux chiens

D’aboyer, que ce soit pour la lune ou pour rien.

Cependant, à la ferme, un coquet veut soumettre

Le gardien mélomane et en être le maître.

Le coq ridicule l’interpella un jour :

« Maître chien, moi Chapon, roi de l’auguste cour

Vous ordonne d’arrêter vos blasphèmes lunaires.

Dorénavant, chantez l’astre extraordinaire

Que mon peuple adore. Il n’y a que le soleil

Qui mérite louanges car il est sans pareil :

Il fait pousser les fruits, il nous sert de boussole,

La lune, quand à elle, est stérile et désole.

Rangez-vous à mon ordre, ou nous vous chasserons »

Maître chien fort contraint, fit alors le dos rond.

Mais imaginez donc sa peine quand Sélène,

Dans le lointain, se lève et tend sa blanche laine.

Quel supplice de voir la beauté sans pouvoir

L’appeler, la fêter… C’est manquer au devoir

De tout poète amant.. Cette nuit la campagne

Résonna plus forte, tout comme la montagne.

Ce chant fut le dernier : Roi Chapon l’exila

Et maître chien devint alors un hors la loi.

Mais après un départ, ce sont les retrouvailles

Au profit du renard, au malheur des volailles.

Ne soyez pas tyran face à l’opposition

Et écoutez l’autre. Dans toute institution

On voit de prompts juges taire les résistances,

Le renard se cache pourtant dans le silence.

4+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-coq-et-le-chien-guillaume-aatira/

6
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
AmandineLaurence de KoninckGuillaume AatiraChristian SatgéNguyen Thi Minh Hon Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Amandine
Membre

Joliment dit !
Intéressant ! Si nos amis les bêtes pouvaient aider les humains à ouvrir les yeux et tendre l’oreille, le monde ne s’en porterait que mieux.
Au plaisir de vous lire.

Laurence de Koninck
Membre
Laurence de Koninck

Jolie fable si bien construite, j’en ai apprécié la lecture, merci!

Christian Satgé
Membre

Voilà une bien belle fable… Merci t bravo pour ce partage.

Nguyen Thi Minh Hon
Membre
Nguyen Thi Minh Hon

Très belle fable, merci pour ce partage et cette belle morale finale

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE