«

»

Déc 14 2018

Imprimer ce Article

Le clandestin “Harraga” Kamel usbek

“Je m’en irai de cette vie misérable,
Que désespoir, rêves creux, sablier éternel,
Je m’invente une raison plus secourable,
Là bas, au delà de ces lames mortelles,
Une femme belle, féminine et adorable,
Qui n’attend qu’a vivre un amour passionnel.
Dis-moi quoi d’autre, mon frère, plus louable?
Que d’être enfin dans les bras d’une rebelle!
Prête à rendre ma vie plus qu’agréable,
Bref délice, avant mon voyage éternel.
Je bosserai, quitte à être infatigable,
Engranger, euro, franc et même pascal .
Je bâtirai une maison incomparable,
Dans mon village, le couvant telle une étoile,
Bien au centre, emmerdant tous les notables.
J’en verrai à mes frères et sœurs des manuels,
Des crayons, de beaux habits et de cartables,
Ils chasseront l’ignorance de nos ruelles,
Bâtiront un avenir fort désirable,
Casseront les maillons de notre destin cruel”

“Ô!Mon pauvre ami que c’est lamentable,
D’écouter tes paroles, qui me gèlent,
Que de dormir dehors à la belle étoile.
Ce voyage, ne te sera point profitable,
Que d’être le repas des crustacés et de squales.
Tu ne seras qu’un étranger, peu aimable,
Un sans papiers, qui se cache et se voile;
Et chaque jour, tu vivras l’insoutenable,
Le regard d’autrui, qui te glace et te râle.
Reste parmi les tiens, c’est plus raisonnable,
Secoue toi, frère rien n’est plus méprisable,
Que de mendier et tendre sa sébile”.

troubadour © copyright

 

1+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/le-clandestin-harraga-kamel-usbek/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Ouzag Djamel EddineAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Très beau texte, pas facile.à écrire
Le courage est ‘il de partir est osé où de rester et ce battre ?
Moi , je ne partirais jamais de MA TERRE.
Cela est très triste pour tout ses peuples, mais le pire, ce n’est pas cela
Le pire, c’est de laisser les femmes et les enfants dans ces pays en guerre
enfin à 80%; désolée, si j’ose
Magnifique texte en tout cas
Anne
.