«

»

Avr 29 2019

Imprimer ce Article

…L’Arbre dénudé.. – Delloly

.

L‘arbre dénudé ne se cachait plus
laissant aux regards tristes habitats,

deux nids esseulés d’un temps occupés
de joyeux drilles volant et chantant ;
hélas aux soirs, l’hiver sonnait de son cor
de sa bise un vil froid, montre de givre..

C’était l’hiver, d’un coeur s’estimant vigoureux
ne se souciant guère de vains valeureux
négligés, voire oubliés, le Temps migratoire
un Temps commencé dès l’automne d’un soir,
devenant au vent assurément des proies
ne s’échappant que éveillés sous le froid
des renégats toujours en quête de sang
long de chemins de hallage sous le vent

L’hiver, cet ogre dévorant les âmes au lit
du froid bleuissant leurs veines de vie
doucement, sournoisement comme les brûlant
se resserant autour du coeur, tête luttant
face au vent pénétrant d’autant mieux
de l’absence de feuilles mortes sous les feux
d’un automne connaissant sa destinée
celle de rougeoyer feuilles même piétinées

Et puis, un couple d’un temps d’autrefois, sans âge
marchant doucement d’un même pas Ô vintage
portant large chapeau aux couleurs de perdrix
comme leurs manteaux tirant sur un pastel gris
s’arrêtant près de l’arbre dénudé de feuil’..
l’observant comme le connaissant de son deuil
et d’un geste main offerte à ces deux grives
sautant de branche en branche de leurs ailes vives
jusques à picorer bord de main quelques miettes
sans une peur, du bien de ces amours joliettes
amenant à la contemplation de l’Univers
ivrant ces limbes à le conter d’humbles vers…

.

 ©l’Arbre dénudé
© (P)-28/04/19 … YouC

..

7+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/larbre-denude-delloly/

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
Philippe XDellolyChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Philippe X
Membre

L’inexorable marche du temps nous rappelle l’obsolescence programmée de la vie sr terre, sublimée par le chant du signe au moment de sa mort….feuillage pourpre et couleurs flamboyantes…comme pour nous faire souvenir de quelles beautés ils étaient parées;
Merci de remettre les pendules à l’heure du printemps qui vient d’arriver…..

ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Il est vrai que l’hiver, les arbres et buissons, ayant perdu leurs beaux atours,
semblent bien tristes, aux prises avec le vent qui profite de l’aubaine…
Imaginer ce vieux couple, offrant les graines aux rares oiseaux encore présents, me donne
une bouffée de tendresse… leurs pas foulant les feuilles aux coloris flamboyants de rouge et d’or…
Merci beaucoup Oli de nous avoir offert ce joli tableau.
Très beau poème, vraiment !
Bise

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE