«

»

Avr 23 2019

Anne Cailloux

Imprimer ce Article

Lapin coquin – Cailloux Anne


Il s’appelait Jeannot, il était boucher de profession et habitait La Garenne Colombes, comme je vous le dis Messieurs, Dames, ça ne s’invente pas, mais attendez ce n’est pas tout.

Il avait attrapé la myxomatose avec sa copine Marguerite, celle qui avait un bec de lièvre.

Jeannot n’avait pas que les yeux rouges, il avait le nez aussi et je peux vous dire, qu’il ne suçait pas que de la glace.

Marguerite elle ? C’était la bouche qu’elle avait de rouge et je peux vous dire, qu’elle ne …. Oui mais chut….

Le Jeannot quand il s’humectait le pipe-line ce n’était pas triste et quand il rentrait,

il avait souvent les godasses à bascule.

Il partit ce vendredi à 21h et ne rentra que le dimanche matin,

Marguerite lui demanda où il était parti traîner.

 

Il répondit cela :

-Attends ma poule, j’ai cherché l’appartement pendant au moins une heure, je ne me souviens de rien.

Je me suis réveillé ce matin au commissariat, ce sont les poulets qui m’ont expliqué les faits.                                                       

Et alors                                                       

-Il paraît que j”essayais de faire rentrer ma clé dans un réverbère, les flics sont passés, ils m’ont demandé ce que je faisais.

J’ai répondu que je rentrais chez moi, ils étaient morts de rire ces couillons !

Ils m’ont dit :

-” N’insistez pas ! Personne ne réside ici ! Tu sais ce que j’ai dit?                                                                                             

-Non.                                          

-J’ai répondu : « Mais si, j’y habite ! Vous ne voyez pas ! Il y a de la lumière au premier.  »

Jeannot c’était ça aussi, toujours de bonne humeur, c’était un bon bougre mais il était souvent à 6 mètres au dessus du sol, dans un état proche du Montana.

Chaud lapin, tellement chaud, qu’il avait fait une pierre deux coups, il était parti chez Général Optique car celui ci, lui offrait une deuzieme paire gratuite.

Une monture adaptée à votre sport

ils disaient !

-C’est Madame qui va être contente ! Il ne voyait pubien le Jeannot.

 

Il était de plus, presbyte, cela ne l’empêchait pas d’être casse-couilles.

Quand il faisait l’amour à Marguerite, Jeannot aimait l’embrasser et la mordre dans le cou, sur la carotide c’était le seul précurseur de l’amour, car les préliminaires, il appelait cela mendier pendant une heure, alors non hors de question !

Et puis, il n’y avait pas de raison, il disait toujours que l’égalité des sexes était un mythe et que la longueur variait, que de toute façon, ce qui comptait n’était pas la longueur de la baguette, mais son pouvoir magique.

Mais il avait de l’humour le Jeannot, aussi bien à la boucherie qu’avec Marguerite, dans les moments coquins il lui disait souvent ;

-Il y en a un peu plus, je vous le mets ?

Souvent ses pensées bifurquaient vers des zones d’ombres.

Comme ce soir là, au lit avec marguerite, la regardant, il pensait au premier homme qui avait mangé une saucisse de Francfort avec les doigts, à quoi pensait cet homme ce moment là !…

Jeannot se contentait de ce qu’il avait, de toute façon il disait toujours, si le potage avait été aussi chaud que le vin, le vin aussi vieux que la poularde et la poularde aussi bonne que la maîtresse de maison,
cela aurait été presque convenable....

Et encore je ne vous parle pas de ses oreilles et de sa réputation, vous savez le :

Bonjour madame, au revoir madame, bonjour madame…

.

ANNE Cailloux

0 0 vote
Note de l'article

Au sujet de l'auteur

Anne Cailloux

Anne Cailloux

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lapin-coquin-cailloux-anne/

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Plus récents
Plus anciens Plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
23 avril 2019 7 h 08 min

Un portrait à croquer assaisonné d’un humour du meilleur aloi. D’ailleurs, ça m’a donné faim. Allez civet !

2
0
Dites ce que vous en pensez, laissez un commentairex
()
x