«

»

Mai 07 2018

Imprimer ce Article

L’abeille dans la roseraie – Christian Satgé

Petite fable affable
D’après Les roses d’Antoine Vitallis

     

Un soir, une intrigante petite abeille,
Aux plans foireux, plus fouillis que fouillés,
A découvert, sous un couvert, une treille
En berceau, une entrée aux senteurs mouillées,
Celle d’une roseraie qui fort embaume
Et dont elle se fait illico un royaume.

Elle n’a désormais que l’embarras du choix.
Donc elle va et vient, sans fin, elle hésite.
Une fleur trop rouge la laisse de bois,
Une tavelée a trop de parasites,
Une rose noire se perche trop haut
À son goût,… À choisir, elle veut du beau,
Le fleuron de ces fleurs donc la plus parfaite
Par sa robe et par sa forme. Sans flétrir
Sa réputation, elle est à la fête
Et pourtant se complique, sans coup férir,
La vie. Donc, elle n’est pas tout à fait prête
À faire, ici, son miel… et fait la tête.
Mais elle s’obstine à vrombir sans but :
Les corolles trop petites, ça s’évite !…
Les thé, les panachées,… Allez, au rebut !
Fermées ou vieilles ?… Entrée interdite !
« Le hasard se fait vite vieux grigou
Avec celles qui, comme moi, ont bon goût ! »

Soudain sortant, horreur !, d’une rose blanche
(C’est pas la couleur !), un bourdon adipeux
Aimant s’écouter parler, d’une voix franche
Glisse à notre indécise, perfide un peu :
« Toi qui ne t’arrêtes qu’à l’aspect des choses
Tu oublies que seul le parfum fait la rose ! »

© Christian Satgé – mars 2016

7+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/labeille-dans-la-roseraie-christian-satge/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE