«

»

Juil 11 2020

Georges Cambon

Imprimer ce Article

la poule et le coq – G Cambon

 

Il y avait une poule noire cacochyme

qui picorait de lassitude et criait famine!

Un jeune coq gringalet vêtu d’une guêpière

l’apostropha” ma poulette tu es la première

ou la dernière si ce soir je meurs sur scène!

D’où viens-tu pour traîner la patte et ta peine?”

“Je viens de Carmaux, nini est mon sobriquet.

Le maître m’a vendu à une bande de paltoquet

mais j’ai le mal du pays, de ma petite patrie!

Je vivais chez un rustique avec ma fratrie.

Un jour j’ai fui la galère et les coups de balai

le voisin peu amène m’a viré sans délai!

C’était un vieux ronchon qui lisait Verlaine

sur ses genoux dormait une chatte sereine!

Me prit-il pour un oiseau tombé du ciel?

J’ai séché mes pleurs, il n’était pas providentiel!

Je me suis retrouvé dans cette lugubre ménagerie

des bohémiens voulaient faire de moi leur égérie!

Ma vie est triste, j’aime les vêpres anciennes

écrites en latin  et les chants grégoriens!

Je caquetais sur un banc, guettant l’offrande

faisant un croche patte aux vieilles  de la bande!

Ici tout ressemblait à un jeu presque indigne

dans le Cérou, je pouvais nager comme un cygne

Coquelet, si nous partions au pays des mineurs

le charbon lèche la terre sur un champ de fleurs

et les veuves rebelles accrochent leur corsage

aux persiennes déjà closes d’un autre rivage!”

 

 

 

Le siècle est cruel qui chasse les animaux de la terre

quand l’homme devient hélas,  le dernier locataire!

©

0 0 vote
Note de l'article

Au sujet de l'auteur

Georges Cambon

Georges Cambon

Ancien libraire, j'aime la poésie et la politique d'où mes choix, parfois, de textes engagés! Mes poètes préférés sont Aragon, Verlaine, Mallarmé et Valéry!

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-poule-et-le-coq-g-cambon/

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Plus récents
Plus anciens Plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
12 juillet 2020 7 h 05 min

Une fable édifiante ô combien. Merci Georges.

Brahim Boumedien
Membre
11 juillet 2020 20 h 02 min

Merci pour ce partage intéressant et utile !