«

»

Mar 24 2020

Imprimer ce Article

La peur prend aux tripes- Fattoum Abidi

 

La peur prend aux tripes, gare aux virus nocifs,

Corona cause la mort, perturbe  le sort,

Tous les  peuples  vivent  l’horreur, les pleurs coulent,

L’épidémie passe à grande vitesse.

 

Les gens se réveillent sur un triste réel,

Les cadavres se multiplient, le deuil siège,

Médecins  d’urgence examinent vite,

Les masques manquent au staff, hôpitaux sont pleins.

 

Les  citoyens manifestent leurs vifs soutiens,

Les hauts parleurs appellent au confinement,

Certains se révoltent, violent l’ordre dite,

Les cas atteints de virus deviennent nombreux.

 

Ô ! Peuples n’ayez pas peur, unissez-vous fort,

Aidez  à la guérison, appliquez  conseils,

Nous sommes dans le  même bord, positivez,

Union humaine appelle, chacun bouge.

 

,©Fattoum Abidi

24.3.2020.

1+

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-peur-prend-aux-tripes-fattoum-abidi/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Plume de Poète Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Plume de Poète
Membre

En Europe vous passez malheureusenent à la moulinette. Bon courage à tous en ces heures où l’humanité se doit d’être solidaire. Ici au Québec c’est le branle-bas mais au Sud c’est la panique qui s’installe avec qui vous savez comme “meneur d’idées” au plus haut sommet. “Dieu bénisse l’Amérique”

0