«

»

Fév 08 2017

Imprimer ce Article

La Musique et l’Horizon – Yves Shadow

 

La Musique et l’Horizon

En guise de souvenir….
https://www.youtube.com/watch?v=vM_SaZlY2OY
Combien de mots me faudra-t-il encore pour pouvoir tout dire ce que j’ai à te dire ?
Trois mots ?… ou peut être deux ?
Ça dépend comment on compte,
Ça dépend des écoles,
Ça dépend du cœur.

Mais ces trois mots varient leur parfums quand change leur musique.
De toutes langues, leur propre horizon, leur propre destination…
S’ils résonnent en allemand je me crois aux Caraïbes,
Et je sens la liberté me monter à la tête, et le coeur en volcan.
Aux Caraïbes, j’y passerais volontiers mes souffles et mes rires avec toi
A danser au coin du feu quand le ciel est de Nuit
Ou bien un petit air de guitare plein de fièvre et d’amour.
Comme avant, oui, comme avant, me noyer dans ton regard,
Comme avant….comme avant…

Mais ces mêmes mots, dans une voix d’Italie, prennent soudainement une autre résonance :  
Des rameaux tout à coup se dressent et viennent me caresser visage
Pour me redonner espoir, sourire et rire.
Viens, nous irons au port, nous traverserons les ponts amovibles
Puis nous monterons dans le premier bateau venu.
Et si tu tombe il y’aura ma tendresse et mon ivresse pour t’amortir.

Et quand ces mots sont dits en anglais, ne sont-ils pas doux comme les Proverbes ?
N’ont-ils pas le délicieux parfum des Novembres éternelles,
Aux délicieuses et délicates odeurs de la  Provence ?
Ah ! Qu’ils sont bons les champs provençales, les champs de lavandes !

Mais ce n’est pas là que ces mots sont le plus beaux.
Le plus beau c’est là-bas, quand le berceau étend ses côtés de sables
A danser dans l’océan immense et sans bornes.

Le plus beau c’est le ciel toujours de soleil….et le Soleil toujours de sourire,
Les plages où les oiseaux du sommeil ont laissé leurs empruntes d’Autrefois,
Les arbres aux fruits merveilleusement juteux et infiniment savoureux,
Les vagues berceuses, aux éclats d’azur, qui se balancent sur les flots sans bornes de l’océan,
Oui le plus beau c’est à la source vive:

Dans cet endroit où toi tu crois qu’on est content de toi,
Alors qu’au fond c’est beaucoup….beaucoup plus que ça.

Dans cet endroit, où toi tu crois qu’on est content de toi,
Alors qu’on fond c’est beaucoup…beaucoup…beaucoup plus que ça.

 

 

 

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-musique-et-lhorizon-yves-shadow/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE