«

»

Août 20 2018

Imprimer ce Article

La martre et le bouvreuil – Christian Satgé

 

Petite fable affable

Non loin de ces hauts pâturages sans ombrage
Que l’on nomme, par ici estives, sévit
Une martre, genre « T’as vu, t’as pris », ramage
Aussi sombre que l’âme, débordant d’envies.
Grosse à lard mais jamais lasse de ne manquer
De rien, elle croquait de tout. Se planquer
Pour échapper à ses dents ou fuir ses griffes
Était un sport de combat, une activité
À plein temps car, hélas, notre agile escogriffe
Était aussi silencieuse que futée,
Véritable Apache lâché dans la cité.

Dans un creux faisant le poste frontière entre
Soulane et ombrée, un vert bosquet de feuillus
L’avait attirée : les poètes et les chantres
Ailés s’y regroupaient et, joyeux chahut,
Y mélopaient fort, y trillaient haut, y chantaient,
En amical concours de tout été étais.
Ainsi, notre martre, au son, parcourait les chênes
Pour faire bombance de ces zélés chanteurs,
Grimpait aux hêtres et, bien pire, hantait les frênes
Où ces tous petits bavards au chant enchanteur,
Au goût de « Revenez-y » pour le prédateur
Nichaient et causaient pour ravir tout amateur.

 

 

Mais ce ‘est pas parce qu’on est oiseau en ce monde
Que l’on est sot et vite on apprit, par bonheur,
À se taire quand l’ombre de la martre immonde
Se profile en la ramée, jouant au dîneur
Affamé plus qu’au mélomane gourmet.
Or, un jour un gros bouvreuil, n’en pouvant mais
De savoir que les meilleurs virtuoses et prodiges
Se réunissaient en ce lieu veut concourir
Pour prouver à ce félibrige de prestige
Qu’il n’est meilleur que lui. Et sans discourir.
Son concerto, nouveau, fait la martre accourir.

Le bouvreuil est seul à ne pas voir que se taisent,
Un à un, tous les autres, alors que l’animal
Gourmand, attiré, s’avance tout à son aise,
De branche en branche arrive, sans peur et sans mal.
Au passage, fut croqué comme une bergère
Par le loup qui veut résister à l’étrangère
Intrusion de ce gros piaf inconnu
– La réputation du lieu, Oiseaux, Oiselles,
Est en jeu ! – sont happés à peine reconnus :
Rouge-gorge, mésanges encore demoiselles,
Sittelles, étourneaux, verdiers et leurs Gisèle,…

Le silence aidant, notre bouvreuil croit avoir
Gagné la partie. Grisé, il n’entend la martre
Qui achève de faire pitance, bavoir
Sali et jabot repu, avec ce fol bellâtre
Qui oublia l’adage des feuillages, un jour,
Celui que l’on apprend au nid de toujours,
Qui, jusqu’au faîte de tous les arbres, fait bruire
Tous les ramages, même chez les damoiseaux :
« Quoi que tu fasses évite, cervelle d’oiseau,
Qu’aux autres cela ne vienne à nuire
Et, qu’en sus, cela puisse te détruire ! »

.

© Christian Satgé – mars 2018

 

4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-martre-et-le-bouvreuil-christian-satge/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE