«

»

Août 19 2019

Imprimer ce Article

La marionnette – Iris 1950

Combien de temps ais-je tenu
Je n’étais qu’une marionnette
Je t’ai appartenu,
Tu n’en faisais qu’à ta tête

Faite de bouts de chiffons,
Tu m’envoyais dans tes excès de colère,
D’un bout à l’autre de la pièce valser contre la pierre
Jamais tu ne prenais de cette poupée de chiffons

Avec toi, à quel avenir aurais-je eu droit
Tu n’étais que maladroit
Pourtant si j’étais passée dans d’autres mains
J’aurais eu un beau destin

Je prenais des coups
Quand tu n’arrivais pas à ce que tu voulais
Mais aujourd’hui, je vis là, inanimée
Dans ce coin du grenier, reléguée.à l’autre bout

Ton adolescence passée
Tu es revenu dans ce grenier,
Et tu m’as retrouvé,
Gisant sur un carton et tu as pleuré

Repensant à ce passé qui te hante
Aujourd’hui, tu voudrais réparer mes bleus
Ces morceaux de chiffons sont bien vieux
Tu les caresses, en repensant à hier qui déchante

Et tu pleures, des heures.
Tu revois des images
Ce temps où tu n’étais pas aussi sage.
Mais rien de cet objet ne pourra se réanimer sur l’heure

Elle a perdu son âme
Envolée vers d’autres cieux
Et tu pries Dieu,
De vouloir te pardonner, mais ces larmes

Cette rage qui faisait te sortir de tes gonds,
Oh oui que tu étais odieux
Mais aujourd’hui, je te pardonne malheureux
D’avoir été un mauvais garçon
Car je vois que ton repentir est sincère
Et que tu es devenu père.

IRIS 1950

2+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-marionnette-iris-1950/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Anne CaillouxIRIS 1950Slimane LAGRAMerylianne Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Très belle écrit ou les images s’imposent d’elles même.
Cela me rappelle mon ours que j’ai retrouvé pendu dans ma chambre.(Par mon frère, )
alors cet écrit me parle beaucoup. beaucoup de tendresse et d’émotion.
Anne

Slimane LAGRA
Membre
Slimane LAGRA

Une très triste histoire…..un beau poème….amicalement. Slimane

Merylianne
Membre
Merylianne

Fort en émotions… vraiment touchant

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE