«

»

Nov 04 2018

Imprimer ce Article

La maladie de mon chat – Martial Havel

Mon chat se mourrait au fond de la baignoire
Il mourrait d’amour et je ne savais pourquoi.
Mon véto préféré alerté par mes soins
Ordonna une seule chose pour sauver l’animal:
Retrouver in petto l’objet de ses amours.
Me voila parti dans tout le voisinage
Frappant à chaque porte, cherchant la seule chatte
Qui a pu le retourner d’une pareille façon.

Toutes les chattes du quartier, l’une après l’autre
Je les ai présentées au chat dans sa baignoire.
L’animal ne daignait même pas ouvrir l’œil
Pour me témoigner un peu de reconnaissance.
La maison était pleine de chattes amoureuses
Qui rêvaient d’être celle qui sauverait mon chat.

J’ai couru encore dans la ville entière
A la poursuite de l’amante de mon chat.
L’animal se mourrait, refusant sa pâtée
Ainsi que toutes les chattes que je lui présentais.
Mon véto préféré une fois encore alerté
A avoué son incapacité à sauver mon chat.

Bien souvent mon chat avait montré ses compétences
Auprès des jolies voisines de notre quartier
Même en vacances, il aimait l’aventure
Et me portait vers la femme qui avait une chatte.
De toutes ces bêtes que je lui présentais
Il y avait certainement de ses filles.

Tourmenté par le doute, voyant mon chat mourir,
J’ai pensé que mon animal avait viré
Que ce chat était devenu soudain pédé.
Alors j’ai attiré à la maison tous les mâles.
Une bagarre immense autour de la baignoire
N’attira pas mon chat qui continua de mourir.

En désespoir de cause, j’entrais dans la baignoire
Avec les poissons rouges et mon dernier roman
J’ai mis de l’eau pour les poissons qui pleuraient.
Tout doucement j’ai commencé la lecture
Alors, le chat a ouvert l’œil, a tendu l’oreille
A gobé un poisson, s’est étendu sur moi.

Il se mit à raconter l’histoire en rigolant.
J’ai donc guéri mon chat avec un poisson rouge
Ou un roman qu’il dit avoir écrit lui même.
Mon véto préféré n’a pas voulu me croire.
C’est pas grave, je crois qu’il n’aime pas les chats
Et ne sait pas écrire de simples romans.

©Martial Havel

2+

Après avoir connu plusieurs vies, d'abord à Paris, dans ma jeunesse, puis comme officier de marine sur de gros pétroliers, dans le Médoc ensuite, en qualité de fonctionnaire puis de chef d'entreprise, j'ai posé définitivement mon sac à La Rochelle, lorsque j'ai pris ma retraite.

Marié, père de famille, divorcé, j'ai connu longtemps la solitude avant de retrouver la joie de l'amour. A proximité de la mer dont je ne peux me passer, entouré de nombreux amis, j'ai rassemblé dans un premier recueil intitulé "Ebauches" des poèmes écrits au cours des dernières années. Ces textes parlent de l'océan, de la solitude, de l'amour et sont agrémentés de quelques fantaisies sur des sujets divers.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-maladie-de-mon-chat-martial-havel/

3
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Martial HavelEric de La Brume Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Eric de La Brume
Membre

Au moins on s’amuse avec vous! Quand j’ai lu le titre, moi qui ai eu jusque 17 chats à la maison. J’avais pris mon mouchoir, mais je ne savais pas que j’allais pleurer de rire. Texte alerte et vivant, malgré qu’on parle d’un moribond. En tous cas, on ne s’ennuie pas à sa lecture!

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE