«

»

Juin 06 2019

Imprimer ce Article

La huppe en dérupe – Christian Satgé

Petite fable affable
 
Habituée à ensemencer la nuit de mots
Ma plume se coule aux ténèbres de mes pensers
Pour y débusquer fourrés d’or et buissons des maux,
Ou des bosquets lamellés de lumière assez.
Ce soir sur un arbrisseau s’est posée une Huppe 
Qui de mes vers sera donc, malgré elle, la dupe.
 
Notre emplumée, en être d’habitudes, marchait
Chaque jour, jamais lassée, dans les pas de la veille,
N’espérant pas en cette vie de monts ni de merveilles.
La mine allante et l’oeil allègre, jouant de l’archet
En ses sifflets comme du poinçon sur les troncs
Elle voyait toute bête comme pis qu’étron.
 
Hélas pour elle, un homme vint à s’encabaner
En sa clairière, homme valant moins qu’animal.
Ne pouvant lui causer du tort, lui voulant du mal
Toutefois, avec un loup gris des plus boucanés
Par les ans elle voulut s’acoquiner : la chasse
À l’Homme le dispensant, un temps, d’autres pourchasses !
 
Notre Huppe en causa fort à ses frères de sang
Qui la mirent en garde : « Qui tient le Frère
Loup par l’oreille est en grand péril de dents fières !…
Fol qui s’y fie surtout s’il se fait fort caressant. »
Mais l’oiselle répliquait que les humains ont couteaux
Causant mort sûre, pires que crocs de fauve… et plus tôt.
 
Toute en toupet, l’encolérée se mit au péril
À barguigner avec la malebête oubliant
 Qu’un oiseau est glouti s’il va fuyant
Le danger, mais qu’il serait encor’ plus puéril
Qu’il se jetât, tout de gob, et de soi, dans la gueule 
D’un Grand Méchant ne comptant que sur ses ailes seules…
 
© Christian Satgé – novembre 2018
2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-huppe-en-derupe-christian-satge/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Allons restons utopiques et imaginons qu’ils deviennent copains comme cochon..
ha ha ha vous aurez tout à refaire cher goupil..

Anne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE