«

»

Jan 05 2019

Imprimer ce Article

La famine ce drame – Béatrice Montagnac

Famine ce drame (LeMalhoun)

 

Deux mille dix-huit aux tourments du ciel,

Nos cœurs en larme.

Des enfants mourants en ce monde fiel ;

Trop effroyable,

Impitoyable

Ce mal tueur est pénitentiel.

Deux mille dix-huit aux tourments du ciel,

Nos cœurs en larme.

Des êtres souffrants tirons donc l’alarme ;

Au temps perdu

Et suspendu,

Dans ses pays seuls, l’appétit désarme.

Deux mille dix-huit aux tourments du ciel,

Nos cœurs en larme.

Lors que le pain est providentiel ;

Aux peuples riches

Pauvres postiches,

Honteux à vomir, ils ont l’or du miel.

Deux mille dix-huit aux tourments du ciel,

Nos cœurs en larme.

La douleur en eux dans leurs regard parme ;

S’endort la nuit

La mort sans bruit,

Aux pleurs des humains accusant cette arme.

Deux mille dix-huit aux tourments du ciel,

Nos cœurs en larme.

 

Béatrice Montagnac

4+

poétesse entre rêve et réalité de l'amour à la détresse et parfois révoltée poétesse engagée(née à Lathus saint rémy 86390)

Romancière de roman policier un deuxième roman en cour d’écriture

l’écriture une évasion au delà des mots

Mon recueil de poésies sensuelles, poème d'une révolté, poésie nipponnes sont sortis aux éditions Stellamaris

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-famine-ce-drame-beatrice-montagnac/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Serge CampagnaBéatrice MontagnacOuzag Djamel EddineChristian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Serge Campagna
Membre
Serge Campagna

Merci Béatrice pour ce texte. Il faut effectivement continuer à dénoncer les malheurs de l’humanité. Comme le dit Christian, seuls les journalistes et les poètes peuvent poursuivre dans cette voix.

Ouzag Djamel Eddine
Membre
Ouzag Djamel Eddine

Le monde d’ici bas, n’est pas de tout repos, quand les semblants d’enjeux,de politiques, prennent le dessus, et que les populaces s’adhère le bien être de l’homme n’est guère notre souci malheureusement, cet écrit appelle les consciences, à s’humaniser d’avantage, mes amitiés, bravo!

Christian Satgé
Membre

Bravo et merci pour ce partage, Béatrice : “il faut porter la plume dans la. plaie” disait Albert Londres et si le journaliste ne le fait plus guère, c’est au poète de perpétuer cet adage car l’année qui s’ouvre ne doit pas faire oublier les malheurs qui perdurent…

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE