«

»

Mai 01 2019

Imprimer ce Article

La Douce Envolée – Sara Diluna

C’est à Saint-Apollinaire, dans les Hautes Alpes, que Caroline rencontra l’amour de sa vie, l’oiseau rare. Il s’appelait André.
André avait les cheveux blonds et était toujours vêtu de façon assez sobre. Le bleu azur de ses yeux contrastait avec son visage pâle. Mais Caroline l’adorait. Elle y restait d’ailleurs plongée pendant des heures et des heures, dans une forme d’hypnose amoureuse quasi indescriptible.
André avait aussi un chat. Il s’appelait Doudou. Caroline aimait le caresser pendant des heures et des heures, dans une forme de béatitude affective, quasi indéfinissable.
Un jour, André, à sa surprise, piqua une crise de jalousie en la voyant caresser son chat.
Caroline se leva alors brusquement du divan et s’approcha d’André afin de l’embrasser. Mais celui-ci, la repoussa énergiquement et la fit trébucher sur le panier rempli de souris en caoutchouc de Doudou. Ce dernier se mit à miauler bizarrement et alla s’éclipser au travers de l’entrebâillement de la porte qui donnait sur le jardin.
C’est là qu’il croisa Tchip Tchip, le petit oiseau de Madame Soignée, la voisine habitant la maison juste à côté de celle d’André.
Madame Soignée était une dame très charmante et agréable à fréquenter. Elle possédait une énorme volière dans sa cour arrière remplie de magnifiques petits vertébrés au plumage resplendissant venus des quatre coins du monde. Elle avait beaucoup voyagé sa vie durant et la gente masculine venait lui rendre visite régulièrement. Elle offrait à ces Messieurs son rituel de Thé Rose ainsi que beaucoup de plaisir.
Malheureusement, les jeunes femmes de sa ville voyaient en elle une fée malveillante. Certaines l’avaient d’ailleurs surnommée l’échelette de Saint-Apollinaire.
Sur la pelouse verte, le chat Doudou en voyant Tchip Tchip chantonner à tue-tête sur une branche avait très bien compris que l’ambiance venait de se dégrader chez Madame Soignée.
André claqua brusquement la porte d’entrée et disparut laissant ainsi Caroline en pleurs sur le divan.
Tchip Tchip s’envola aussitôt pour aller rejoindre sa volière et … sa douce propriétaire.
Doudou, quant à lui, retourna nonchalamment à l’intérieur du foyer pour y consoler Caroline. On aurait dit que ses pattes étaient devenues lourdes.
André ne devait pas être bien loin. Ses lèvres sirotaient soigneusement l’Elixir et il prenait du plaisir, en écoutant Tchip Tchip et … sa douce mélodie.

 

Sara di luna

1+

Auteure belgo italienne, j'écris et je chante à la guitare depuis l'âge de mes quinze ans.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-douce-envolee-sara-diluna/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE