«

»

Juin 22 2019

Imprimer ce Article

La défaite de la fête de la musique – Philippe X

   

   Fête de la musique ou faites de la musique….

   Cet « autrefois  beau » Jack LANG répondrait à sa propre question « on est jamais si bien asservi que par soi-même….c’est chier non ? »  à la façon de Laurent GERRA  qui ajouterait : “ce Loupzen quel bel homme ! “.

   Surnommée parfois fête de la Mère -guèze (ben alors…on ne parle jamais du père ?) cette grande messe représente une rare opportunité pour le rapprochement des peuples et l’éloignement des populations.

   Quel charivari arrive et quel tohu-bohu ce fut … de bière, hier.

   Ce mélange des genres s’est fait une bonne place parmi les libations orgiaques, permettant le mariage des épices du Nord de l’Afrique et des jus blonds du Nord de l’Europe.

   Imaginez devant le Wali de la wilaya de la rue des Martyrs lors de la cérémonie de mariage :

   Sur fond de ”youyou’‘ et only ”youyou ” Séfarades et Orientaux, je cite :

   « – Mademoiselle CHICHA, ici présente, acceptez-vous de prendre comme époux le sidi BRAHIM …et de le suivre et l’accompagner à chaque fête…et de le servir à table à la bonne température ».

   Voilà une union qui aurait pu être parfaite, tant les futurs provenaient d’un même continent et entretenaient de bonnes relations en parlant la même langue…chargée.

   Mais non , trop simple car demoiselle CHICHA , la brune épicée venait de convoler en noces osées avec une Gretchen blonde de houblon…..la Merguez et la Bière… La Belle et la Bête… les Laurels et Hardy de la gastronomie.

   En vous rappelant que lors de vos derniers reflux gastriques la Merguez et sa cousine Chicha (petite saucisse ronde ) se sont donné la main pour vous amener direct vers l’armoire à pharmacie et plus si affinités.

   Ce soir c’est « After » avec comme D.J, le fameux GAVIS CONELL.

   Quant à la Chipolata, absente ce soir là de vos fantasmes « swingers in the night » (les connaisseurs savent de quoi j’éructe) elle vous réserve un de ses tours de vache vicieuse, pour accompagner l’apéro du lendemain, froide comme la justice, customisée à la Mayonnaise à outrance, pour glisser un peu mieux dans votre intimité d ‘ex-weight-watcher....il faut savoir choisir manger et grossir.

   Moi c’est fait, j’ai de la peine à déglutir.

   Il nous serait facile de surligner en gras les dangers de ces redoutables compagnes de nos soirées camping, mais le gras ici présent, sous l’effet de mes touches de clavier, serait de trop, et risquerait de voir déraper mon doigt accusateur vers je ne sais quelle direction.

   Voici donc l’union sacrée mais incompréhensible du Sud et du Nord au moment précis où une des blondes de l’empire britannique quitte la fête (je parle de la bière et du Breixit ) laissant le champ libre à la blondeur des belles du Ch’Nord …je reparle des bières.

   Et la frite dans tout çà ?

   Elle est dans tous ses états et pas qu’une fois !

   Fidèle maîtresse de nos soirées échangistes (c’est la bonne copine qui tient la chandelle) elle patiente dans son jus, délaissée à la fin des échanges, car mal présentée ou fort peu appréciée.

   Triste faim (jeu de maux) pour cette « belle de Fontenay » qui mériterait plus d’attention.

   Verrons-nous un jour, enfin, une levée de boucliers (Arverne et Bremus confondus) pour défendre le sort de la frite ?

   Je rappelle que par le passé, une bande de zigotos, avait imaginé une association de défense de la feuille de salade perdue lors des repas…véridique .

   On y entendait même le cri de la carotte à son dernier supplice et pourquoi pas le cri du billet de 20 euros qui se fait casser pour régler ces sandwichs-merguez-frites ? (çà c’est moi qui l’ajoute ).

   Vous l’aurez compris, la musique n’est qu’une excuse parmi tant d’autres, pour vous faire avaler n’importe quoi, le roi de la fête étant le Kebab.

   C’est quand même étrange que tout ce qui pourrait ( je reste dans le conditionnel) apporter un désagrément et un net changement dans note tour de taille, a des effluves et des senteurs de l’autre coté de la Méditerranée. Attention danger ?

   N’ y voyez aucune attaque politico-raciste, Sainte Jeanne d’Arc, porte drapeau d’une certaine FRANCE patriotique, a été cuite puisqu’elle elle n’avait pas été crue !

   Cela n’a aucun rapport avec le fait que ce grand tintamarre a été mis en place par un ministre de gauche.

   De là à penser que……bref,  je stop et Destop. C”était de l’humour.

   Le Kebab.… l’ordre des choses est enfin respecté. Ce n’est plus la féminine Merguez qui a le devant de la Cène (autre jeu de maux) mais un mâle tout puissant « LE » kebab. Enfin la suprématie masculine est reconnue !

   C’est donc bien « UN » et non « UNE » qui nous fait mal. (voir le sketch de Roland MAGDANE sur le féminin et le masculin ).

   Et la muse dans tout ce galimatias ? Elle reste au stade de contrepèterie :

    • Je citerais les mots d’un autre gros mangeur, mais de crustacés cette fois : la moule dans tous ses états , le bon pépère Hugo, Victor de son prénom.: ”La Muse m’habite ”

    • et celle d’une de mes amies, reine du frichti : ”Ces frites me bottent disait la cuisinière”

    Je vous laisse chercher la solution. Car c’est bien de solutions dont il est question.

   Qu’en serait-il de ces fêtes de la (zikmu si vous ne comprenez pas ce mot et son sens, c’est que vous êtes âgés ou plein de bon sens) si elles devaient être cantonnées ( il n’est plus question de frites mais de riz cantonnais, encore un jeu de maux ) aux régions de FRANCE métropolitaine.

   Imaginez encore une fois :

    • plus de tam-tam

    • de cris stridents

    • de bongo

    • congas

    • djembé

    • ukulélé

    • flamenca guitare

    • boites à rythmes

   Et pour accompagner ce Waterloo morne plaine, ce monde du silence, que me proposez-vous :

        • choucroute

        • daube

        • gratin dauphinois

        • tripes

        • potages divers

        • Crêpes Bretonnes

   Boaf…! pas mauvais non plus, mais difficile de déambuler au beau milieu d’une foule sans être décoré de l’ordre « du polo souillé ».

   Et l’exotisme ? où se situe ce déphasage, ce dépaysement qui vous transforme, vous le mangeur d’Aligot, en boloss swager du samedi soir ?

   Et question zouz, quel seum !

   Alors frère z’y va à donf et pas oublier que YOLO grave…WESH .

   Je sens que je vais en perde mon argent, ma santé et gagner des emmerdes

   Miladiou ! La tradition avait du bon .

.

©Philippe X – 22/06/2019

6+
En roue libre | [email protected] | Site Web

'' nul n'est prophète en son pays''...c'est pour cette raison que je voyage.
''Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit.''...vous êtes mes invités, au banquet de la littérature....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-defaite-de-la-fete-de-la-musique-philippe-x/

10
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
6 Réponses de commentaires
2 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Philippe XFattoum AbidiChristian SatgéPHILIPPE XChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bravo Philippe superbe texte l’humour est fidèle à vos beaux et enrichissants mots
Agréable soirée
Mes amitiés
Fattoum.

Christian Satgé
Membre

Quel peintre de des facilités de notre mode de vie qui perd toute sa banalité sous ta plume qui prend à rebrousse-poil clichés en instantanés qui donnent envie d’y retourner. Foin de faveur grâce à toi et fin de platitudes du quotidien…

ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Magnifique ! Tellement vrai et tellement drôle…..
Philippe, vous m’avez offert une pinte de rire ce soir !
Merci pour ce texte plein d’humour que vous savez si bien maitriser…
Amitiés

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE