«

»

Juin 13 2017

Imprimer ce Article

LA CICATRICE – Jeanmarime

Ce dialogue intime est une histoire d’amour, d’amour de soi et de son image.

 De Narcisse à Dorian Gray, ce sont des hommes qui occupent le devant de la scène des grands. Les femmes sont reléguées aux contes de fées.

Justice leur soit rendue !

 

” Comment, ô toi l’immuable,

toujours semblable à moi-même,

osas-tu me pourfendre de ton impalpable double jeu ?

Ne m’avais-tu point élue ta préférée

et la plus désirable des silhouettes reflétées ?

Aucune peau ne ressemblait davantage au velours

que la mienne dans son teint de neige immaculée.

Notre secret pacte ne devait-il pas m’éterniser

dans la beauté de mon envol virginal ?

Toi seul savait contrer les outrages des ans,

gommer l’empreinte de mes tourments

et raviver l’éclat de mon incomparable incarnation.

Je ne me contemplais que par ton regard

qui calquait sans vergogne mon intimité.

Je jouissais de la perfection que tu me chantais

quand ma chair t’interrogeait.

Jusqu’à cette ultime et improbable trahison

par laquelle tu me jetas à la figure cette cicatrice,

cette déchirure que tu ne pouvais plus me dérober.

Toutes ces années n’étaient donc que faux-semblants ?

Comment as-tu pu te trahir toi-même,

toi qui avais fait serment de ne refléter que la beauté ?

Seule ta mort pourra racheter ce parjure

et me restituer l’intégrité mon idéalité.

Mais auparavant,  je veux m’étreindre une dernière fois. “

 

La belle s’élança les bras en croix contre son image

et les cent éclats de son miroir,

en rendant l’âme sur le sol, réduisirent, à tout jamais,

le reflet de son corps à cent cicatrices semblables.

   

1+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-cicatrice-jeanmarime/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE