«

»

Juin 12 2019

Imprimer ce Article

La Belle & l’ablette – Christian Satgé

Petite fable affable
 
Beauté pareille à une nymphe d’antan,
Une pucelle d’ici voulut apprendre
À taquiner un peu le goujon, sentant
Que ses bons parents fort vieils et à, tout prendre,
Mal allants ne passeraient pas un long temps
Sur cette terre ayant, las, une âme à rendre.
 
Pour vivre, se sachant gueuse et condamnée
À le rester, peu engourdie de paresse,
Sans terre ni pécunes comme les damnés
Savent l’être, il lui fallait donc quelque adresse
Dans un art si elle ne voulait caner
De verte faim, noulant finir pécheresse.
 
Son paternel lui apprit à apprêter
Ses lignes, à y arrimer des vers de terre
Et à avoir cette patience prêtée
Aux statues pour que jamais là ne s’altère
Le silence qui va faire s’arrêter
Le poisson que, souventes fois, l’aubaine atterre.
 
Ses débuts ne furent, ma foi, guère glorieux
Sa gaule ramena sur la rive godasses,
Botte orpheline aux grands trous mystérieux,
Algues arrogantes, toujours pleines d’audace,
Et choses qui auraient rendu furieux
Le plus calme des apprentis du pays dace.
 
Là, les mots de son père elle se disait.

Certes, ce brave homme avait peu à lui dire
Mais il répétait beaucoup : c’était aisé
De ses leçons se souvenir. Sans médire !
Tant pis si, assise, elle allait tant bronzer
Qu’on la crut née aux confins d’ici sans contredire.
 
Si blanche comme blette elle n’était plus,
Peu bêcheuse elle serait bonne pêcheuse.
Elle relançait son fil sans espérer plus
Qu’à le tremper dans l’onde pure et heureuse
Elle hameçonnerait, avant l’angélus,
Gros distrait voire petite curieuse.
 
Enfin elle put faire, le mois passant,
Sa première friture avec une ablette
Qui fut surprise : « Ma Belle, c’est lassant !
On se moquait de toi, en bas : femmelette,
Ton crochet fait que nous allions gaussant,
Pensant que tu ne ferais jamais emplette
 
De nous. Pourtant me voilà prise. Et sans vert.
 Quel est ton secret, dis-moi ? » Notre jeunette
En riant répondit cette phrase sous couvert
De secret : « Mon père me serine : “Jeanette,
On n’apprend que de ses échecs et revers
Alors retournes-y et fais-toi genette !” »
 
© Christian Satgé – mai 2109
2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-belle-lablette-christian-satge/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéBéatrice Montagnac Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Béatrice Montagnac
Membre

Bonjour Christian au plaisir de te lire
Prise à l’hameçon de vos mots
Je pèche les vers, D’asticots
D’une fable rivière d’anguilles
échec et mat de fils en aiguilles

aux revers d’un revers de la nageoire

au plaisir de te lire
Douce journée bises!

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE