«

»

Oct 13 2016

Imprimer ce Article

Là-bas, odyssée – Pierre Deschênes

il n’a pas plu sur mon nuage
depuis ce qu’il me semble une éternité

plus précisément depuis que cette lumière particulière
m’a rappelé les fins d’après-midi là-bas

“à l’heure dorée” comme disait mon père
tandis que je dérivais sous l’arc-en-ciel

subjugué par la beauté du phénomène
j’en avais oublié l’absolue irréalité de ma situation

voyageur de l’autre versant déposé
sur une impression de nuage immaculé
sous un ciel de lumière inconnue

il y a eu transition il n’y a aucun doute
je ne me suis rendu compte
ni du moment ni de la manière

j’ai vague souvenir de qui je suis d’où je viens
une seule certitude devant s’il en est une
je n’en ai aucune

je n’ai plus corps mais suis encore

la lumière éclatante ravive ma transparence
il n’est plus ici de mensonge

tout me traverse tels les grands vents
qui là-bas me disaient le monde

cette presque insoutenable légèreté
m’élève en vertige jusqu’à l’oubli

je reçois en ce qui me tient lieu de cœur
l’appel puissant d’un ailleurs
que je ne sais nommer

songe d’entre deux mondes
suis-je seul

 

 *

 

mon nuage immaculé est en constante métamorphose
telles mes pensées qui vont et viennent

des petits nuages diaphanes
croisent loin au-dessus l’air détaché

les dimensions de mon nuage sont vastes
il ne faut qu’un soupir d’instant
pour en atteindre les extrémités

il ne me vient pas à l’idée de regarder dessous
peut-être n’en ai-je pas encore le désir

je sens que je survole un monde
qui ne m’est pas totalement étranger

dans lequel j’aurais peut-être
laissé traces signifiantes

les aléas du temps dessous
ne se répercutent pas sur mon nuage

la lumière dans laquelle je baigne
devient de plus en plus vive

il n’est ici que pensée sans veille ni lendemain
errant au gré d’un éternel présent

mémoires et projections surgissent maintenant
s’effacent au même instant

j’apprivoise ces étoiles plus brillantes
cette proximité nouvelle et étonnante
avec plus grand que moi

me reviennent en mémoire
souvenirs d’éternité

sont-ils miens, ceux de toute humanité
ou de toute forme de vie

une sorte de temps nouveau s’écoule
je ne m’en rends pas vraiment compte
je ne le connais pas encore

images sensations émotions
étreignent ce qui me tient lieu de cœur

au loin sur fond d’azur infini
imbriquée en cristaux d’étoiles

une image saisissante
moi enfant agrippé au sein de ma mère

se détache alors de moi
une particule de lumière

larme en devenir s’inscrivant
dans l’histoire de l’humanité

sur la mer étale de mon entre deux mondes
j’avance rayonnant
tel un nouveau prince
en son royaume de lumière

 

*

 

il m’étonne et me conforte de constater
que l’éventail d’émotions que je ressens
constitue la matière même
dans laquelle je baigne

je sens je sais que la lumière
qui m’entoure, que je suis, est amour

une qualité de silence dont j’ai longtemps rêvé
me ramène à l’avant de mes naissances
et m’accorde avec les battements de mon cœur

jamais n’ai-je ressenti
paix et joie aussi profondes

à chaque magnifique coucher
de ce que j’entrevois comme des soleils

se couche une part de moi
qui ne se relèvera plus

un voile se lève
sur un reste de raison

 

 *

 

ainsi en est-il de l’entre deux mondes
brèche entre nulle part et ailleurs
limbes intemporelles

s’y infiltre parfois rémanence
de mémoires reptiliennes

traces fossilisées
d’émotions ancestrales

très loin au-dessus à des temps-lumière
l’éther vibre du choc des mondes

des murailles gravées de hiéroglyphes s’effritent
il pleut des débris de savoir
des civilisations se consument en silence

mon nuage longe l’ancien lit
d’un fleuve imaginaire
dont les eaux lumineuses
rapporte en écho la légende
se jetaient en rêve
sous les arches d’arcs-en-ciel géants
tissés à même la fibre première

je sens que quelque chose se prépare
mais en ignore la nature

la densité des molécules nuageuses s’allège
fragilisant la composition vaporeuse
de mon corps d’âme

il en va de même de mon esprit
qui peine à se rassembler en un tout cohérent

et toujours ce poignant appel
qui m’émeut jusqu’aux tréfonds
mélopée portée d’étoile en étoile

 

*

 

la première fois qu’il m’est donné d’observer dessous
me cause un véritable choc

j’avais déjà tenté d’imaginer
la configuration de ce monde
mais sa splendeur
dépasse tout entendement

pétales de métal
arbres de roche
sables liquides
océans étoilés
humains ailés
astres imaginaires
miroirs d’univers
ma raison se désagrège

continents et océans
massifs et glaciers
montagnes et vallées
déserts et cités
se fondent en une mosaïque
d’une fabuleuse beauté

mon attention est attirée
par l’aura particulière
d’une fibre lumineuse
ornant en filigrane
une parcelle de la mosaïque

une émotion puissante me saisit
lorsque je réalise qu’en ce mince filament
reposent les mémoires archivées
d’une vie entière sur terre – la mienne

comme si elle n’attendait que cette reconnaissance
la pigmentation de la fibre s’embrase
révélant une fresque aux dimensions cosmiques
dont j’ai alors la certitude
y observant mon reflet comme en un miroir
d’en être à jamais le seul témoin

 

*

 

l’arc-en-ciel se déploie majestueusement
tandis que je dérive dessous
capitaine d’un navire
sans commandes

il n’a pas plu sur mon nuage
depuis ce qu’il me semble une éternité

y a-t-il jamais plu d’ailleurs
je ne saurais dire

le temps la pluie les phénomènes
toutes choses dont je n’ai que lointains souvenirs
aux confins des légendes

un vent stellaire se lève
les pastels de l’arc s’estompent
dans la lumière d’or

au détour de l’astre-frontière
ce que j’imagine être la vallée des dieux
abrite en son sein
une pouponnière d’étoiles en devenir
dont la magnificence
me transporte en deçà des mots

je n’aurais jamais imaginé ni rêvé
que telle beauté puisse même exister

bercé par la musique des sphères
mon corps d’âme pacifié
quitte tout doucement
l’entre deux mondes

l’appel d’un ailleurs sans nom
se fait irrésistible

je m’abandonne corps et âme
dans un vertigineux vortex sans retour

lorsque ce qui me tient lieu de cœur
s’entrouvre à ce qui sera
ma nouvelle – et dernière ? –  réalité

je ne peux croire
en ce qui se révèle alors à moi

 

0

J'habite à Montréal, Québec, Canada. J'ai eu plusieurs vies professionnelles, la plus importante comme graphiste, à mon compte puis pour une société. Il m'a aussi été donné de faire office de transcripteur, de rédacteur et de traducteur. Lors d'une parenthèse de quelques années, j'ai pu m'initier à la composition, à l'écriture, à l'enregistrement et au mixage de chansons et de pièces instrumentales. Je travaille actuellement comme sous-titreur (ou rédacteur de sous-titres), pour malentendants, pour la télévision. Et je suis aussi un adepte passionné de lettres et autres mots à mes heures.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-bas-odyssee-pierre-deschenes/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :