«

»

Juin 17 2017

Imprimer ce Article

L177 Je ne Dormirais Point – Mamagly (OL.D)

©Je ne dormirais point
©All rights reserved -Mamagly L177(45)
(Lettre de Marie-Magdeleine Delabre à son époux)

 

 

 

Je ne dormirais point, non !

Avant que l’heure n’ait sonné
Avant que l’heure de ton entrée
Ne soit venue en l’horizon
Juste une heure de lassitude
S’écoulant jusqu’à la minute.

L’ennui me gagne d’être étendue
Tandis que tes pieds lourds dans la rue
D’une fatigue accumulée
Heurtent et trébuchent sur le pavé ;
As-tu tendu les oreilles
Vers le bruit cahotant de pas que tu connais
D’un Espoir qu’ils te rejoignent, en vain !
– Sûrement maudite je suis : Ô.. oui !
À t’imaginer triste et mécontent
Lentement, déambulant
Mâchonnant d’affreuses pensées…

Comme si je pouvais ignorer ta fatigue,
Comme si je t’oubliais sitôt ton départ,
Ton Âme, visage et corps que j’aime
Pour mon lit et ses draps blancs, et Morphée,
Comme si la peine m’indifférait.

Je reste dans le doute et pensées
À ne pas te suivre
Afin que ta colère soit plus grande
Et ta peine, non tarie,
Refusant l’adoucissement d’une présence
Pour souffrir plus encore,
Pour m’offrir la joie de te consoler.

Homme si doux et terrible,
Aux inquiétantes résolutions,
Aux désirs les plus fous et beaux à la fois,
Parfois inaccessibles,
Je Vous aime sans partage
Et Vous attends, là !
En ce lit blanc d’ennui

 

©All rights reserved -Mamagly L177(45)

 

2+

Née le 28octobre 1922, Marie-Magdeleine Delabre fille De Maurice Delabre (Cour des Comptes) et de Marie Aline Cousin, vécut au 14rue de beaune à Paris07.
1ère aux Beaux Arts, non notée, en dessin. Elle entra dans la résistance dès le début en compagnie de son frère Jean-Marie Delabre (arrêté le 20/07/44, puis déporté). Elle fut courrier à Défense de la France, où elle y croisa son futur époux Francis, lui-même chef de liaison médicale France-Nord. Benjamine (pseudo) fut arrêtée le 04/08/44 à Paris, puis déportée à Ravensbruck, et Koenigsberg sur Oder, par le dernier train parti de Paris, avant la libération de Paris. Libérée en Mars45 par Joukov. Elle revint en France en torpilleur anglais, de Odessa à Marseille.... Elle eut treize enfants.
Décorée de la Légion d'Honneur et Médaille de la Résistance
cette correspondance fut établie de 1943 à 1966, avec son amour....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/l177-je-ne-dormirais-point-mamagly-ol-d/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
MamaglyAnne CaillouxChantalC Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
ChantalC
Modérateur
ChantalC

Les mots pour dire cet amour magnifique
sont tellement beaux, forts et simples à la fois
que l’émotion submerge…
Un merci particulier pour ce partage……
Bise

Chantal

Mamagly
Modérateur

Merci pour tout
merci d’apprécier son écriture hors du temps
Bise

Anne Cailloux
Membre

Hugo et Juliette…………
Beau et triste à la fois, cette attente est insupportable,quel amour dans si peu de mots.

Mamagly
Modérateur

Oui, tu as raison autant d’amour en si peu de mots ;
Ma créatrice détenait le sens des mots, de la couleur, de la beauté
Et puis j’en suis fier (+ 400lettres)
Merci de l’avoir lue, cette lettre
Ol

ChantalC
Modérateur
ChantalC

Véritable chant d’amour qu’on ose à peine murmurer
tant il porte ce sentiment au-delà de l’écrit…
Merci infiniment pour ce partage émouvant.
Chantal

Mamagly
Modérateur

que peut on murmurer à une créatrice
qui s’est donné à ses enfants, une fois partie
sinon des mots, mieux qu’une pensée, pour être partagés !
merci
Oliver

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE