«

»

Fév 09 2018

Imprimer ce Article

L057b …Rien qu’à Vous – Mamagly (OL.D)

 1943 CHANT MELANCOLIQUE   L057b


Rien qu’à Vous !

Deux novembre, jour des morts… Ce mot me fait horreur à écrire. Je pense à notre absent dont le vide grandit. Son voyage imaginé, commence à être long. Sa voix, ses pas et sa chère présence me manquent plus maintenant que les premiers temps…

Je réalise enfin que nous verrons plus jamais ici bas, et qu’il est parti pour toujours sans nous dire au revoir.
 Et je pense à Vous très fort à Vous et aux heures pénibles et tristes que vous passez en ce moment au chevet d’un homme que vous aimez.

D’après votre dernier coup de téléphone, vous aviez peu d’espoir. Et j’ai de la peine pour Vous. Un grand-père n’est pas un père mais il est le père de votre mère. Et de plus,  c’est un bien nouveau attaché au passé qui se rompt. Bientôt nous n’aurons plus qu’une génération au-dessus de Nous… Et déjà une après. Nous ne sommes plus rangés dans la catégorie enfants. Une autre génération vient après Nous. 
 
 

Ah, Francis je pense à vous avec une force insoupçonnable. Je vous aime et je ne pense pas que ce soit mal de Vous aimer ainsi. Il ne faut pas vous en vouloir Francis pour m’avoir embrassée plus fort que d’habitude hier au soir.

Je n’ai pas à vous en vouloir, c’est à moi seule que je pourrais en avoir, je n’ai qu’à ne pas me laisser-faire seulement et voilà le terrible : je vous aime et  je voudrais vous faire plaisir, vous rendre heureux. Je crains que cela ne vous fasse plus de mal que de bien et c’est là que je puis me reprocher de ne pas mieux résister.

Je considère que je suis, depuis l’acceptation de cet amour, un peu votre bien. Pour moi c’est tout simple. Vous m’aimez je vous aime… Et puis voilà tout. Je vous aime aussi du plus profond de mon coeur et de mon âme.



Hier soir, fatiguée, j’étais à moitié inconsciente et je me rends compte que peut-être vous m’avez embrassée un peu plus que d’habitude pour que je sente encore fraîche sur ma bouche la forme de vos lèvres et qu’ainsi je pourrais les dessiner de mémoire rien qu’au sentir !…

Mardi matin de novembre 1943

Je vous fais sourire, n’est-ce pas ?… L’avenir m’affole un peu bien sûr, si loin et si incertain. Et tous ces jours d’attente, je ne croyais pas possible d’aimer ainsi et je ris nerveusement de tous les beaux principes inculqués autrefois par des parents ou des promeneurs. Il nous faudra bien sûr beaucoup de courage pour tenir le coup.



8heures30
Avant de rejoindre un oiseau voyageur (le rejoindre ! manière de parler !) J’ajoute 2 mots à cette lettre : Francis je vous aime follement, je vous aime. C’est tout et ça dit plein de choses,  ça dit mon état d’âme.

Ça ne vous l’explique pas, mais vous le devinez. Je vole vers vous… Hélas il faudra revenir seule !


Ah, la vie, quelle chose embêtante parfois et si merveilleuse par contre quand elle se passe dans les bras… d’un Francis ou même à l’attente quand on sait qu’il viendra ! 

je vous aime, et revenez….. je vous attends……..

votre petite Mali

(son père (+) renversé par un camion allemand, son frère déporté en Allemagne ; elle fut courrier dans la Résistance à Paris « Benjamine » et déportée en jul 1944, libérée par Joukov en mai45

 

4+

Née le 28octobre 1922, Marie-Magdeleine Delabre fille De Maurice Delabre (Cour des Comptes) et de Marie Aline Cousin, vécut au 14rue de beaune à Paris07.
1ère aux Beaux Arts, non notée, en dessin. Elle entra dans la résistance dès le début en compagnie de son frère Jean-Marie Delabre (arrêté le 20/07/44, puis déporté). Elle fut courrier à Défense de la France, où elle y croisa son futur époux Francis, lui-même chef de liaison médicale France-Nord. Benjamine (pseudo) fut arrêtée le 04/08/44 à Paris, puis déportée à Ravensbruck, et Koenigsberg sur Oder, par le dernier train parti de Paris, avant la libération de Paris. Libérée en Mars45 par Joukov. Elle revint en France en torpilleur anglais, de Odessa à Marseille.... Elle eut treize enfants.
Décorée de la Légion d'Honneur et Médaille de la Résistance
cette correspondance fut établie de 1943 à 1966, avec son amour....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/l057b-rien-qua-vous-mamagly-ol-d/

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Fattoum AbidiDelloly Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Beau et émouvant j’adore bravo Mamagly
Mes amitiés
Fattoum.

Delloly
Modérateur

c’est magnifique, si réel si vrai, si tendre, d’hier et d’aujourd’hui ; j’en suis tout ému
merci

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE