«

»

Fév 10 2018

Imprimer ce Article

L056c Raison d’un Amour – Mamagly (OL.D)

©Raison d’un amour
©All rights reserved -Mamagly 056C(43)

(Lettre de Marie-Magdeleine Delabre à son fiancé ;
son frère résistant Jean Marie est en  déportation)

 

Dimanche 31octobre 1943 22heures15

J‘ai aidé  maman, toute énervée, à la confection des colis de Jean-Marie. L’heure a passé longue éternellement ; trois fois j’ai sursauté, “mon coeur qu’as-tu donc ?”, à la sonnerie du téléphone.  Hélas, jamais Vous, la voix bien-aimée, jamais celui que j’attends.
L’inquiétude s’accroît. J’ai presque mal d’attente. C’est fou d’être ainsi. Que vont être ces jours creux et vides sans vous ! L’oiseau envolé, la cage seule et vide. 

Mon Dieu, mon amour, où donc est-il, Francis que j’aime, votre voix aimée. Je mendie une parole de vous brusque ou très douce, peu importe. Un bonjour chantant ou un bonsoir sec. Votre voix, votre voix aimée.

De quoi vous parler ? ….

Au loin, bruits de voix ;

maman et mes soeurs qui se disputent, le diapason s’élève de plus en plus, chacune crie sans écouter l’autre, je devine Paco, seule, à défendre son idée (il s’agit de pots de confiture et de gâteau pour Jean-Marie !)

Je n’ai pas le courage d’aller la soutenir, je suis morte pour elles en ce moment présent, ou plutôt je veux dire qu’elles sont absentes de ma vie de cette heure. Je me suis tournée que vers vous.

Or, Francis que devenez vous ?… (Soupir…)….

A Table, on a parlé de choses qui m’ont fait mal et j’ai serré en moi mon amour si chaud. Moi, Francis, c’est mal peut-être, je ne sais pas, mais je suis heureuse et si bien à vos bras. J’ai lutté longtemps pour y résister. Arrive un moment où l’on ne peut plus.

Ce n’est pas de ma faute si je vous aime tant et je voudrais que vous soyez heureux.

Les chats à la porte mènent leur sarabande.
La nuit est triste et morte, on dirait.
Quatre fleurs dans une coupe sous ma lampe en veilleuse ;
Un édredon rouge.
Au loin mon image frileuse,
enveloppée, reflétée dans la vitre.
J’ai froid comme jamais
et je ne me décide pas à me coucher

(soupir….)

Le monde m’ennuie,  m’agace avec ses cortèges de principe.
On m’a dit un jour que c’était contraire à la pureté
d’aimer quelqu’un.
Je ne sais pas ce que ça veut dire.

Pour moi la pureté
c’est une espèce de franchise de soi-même.
Dès le jour où je vous ai aimé,
et surtout dès le jour où j’ai compris
qu’il était inutile d’essayer de briser cet amour,
dès le jour où j’ai accepté en moi cet amour et ce qu’il m’apporterait en joies et douleurs, dès ce jour là,
je ne me suis plus trouvée m’appartenir à moi seule.
Dès ce jour, déjà, un don de moi à vous ;
Mon amour, mes pensées, et donc moi-même aussi.
Francis vous le savez, avant Vous personne ne m’a embrassé,
avant Vous jamais je ne l’ai permis.
Mon amour de maintenant n’est pas moins pur que l’amour timide de mes 17 ans.

(soupir….)

A dix-sept ans, prête à aimer comme maintenant, et je remercie le ciel qui m’a ouvert les yeux. Grande pitié simplement et dégoût un peu.

Mon coeur d’alors prêt à s’entrouvrir s’est vite refermé, comme ces fleurs étranges poussant sur les rochers et qui se ferment au contact d’un toucher léger.

Il ne s’est ouvert que  pour Vous.

C’est Vous l’inconnu que toujours je cherchais ;  images confuses et que je croyais introuvables, inexistantes. Je vous ai aimé malgré moi avant de les connaître toutes, et je suis étonnée de trouver en Vous une réponse à ce que je désirais au plus profond de moi. Je vous aime et voudrais toujours être près de Vous, et je me repose en Vous.

Elle est finie la lutte contre la raison idiote. La raison comme si ça signifiait quelque chose. J’ai confiance en Vous comme je sais que vous avez confiance en Moi : de cela je suis certaine !
Vous attendre là, Je n’en puis plus…               Votre petite Mali ©43

 

4+

Née le 28octobre 1922, Marie-Magdeleine Delabre fille De Maurice Delabre (Cour des Comptes) et de Marie Aline Cousin, vécut au 14rue de beaune à Paris07.
1ère aux Beaux Arts, non notée, en dessin. Elle entra dans la résistance dès le début en compagnie de son frère Jean-Marie Delabre (arrêté le 20/07/44, puis déporté). Elle fut courrier à Défense de la France, où elle y croisa son futur époux Francis, lui-même chef de liaison médicale France-Nord. Benjamine (pseudo) fut arrêtée le 04/08/44 à Paris, puis déportée à Ravensbruck, et Koenigsberg sur Oder, par le dernier train parti de Paris, avant la libération de Paris. Libérée en Mars45 par Joukov. Elle revint en France en torpilleur anglais, de Odessa à Marseille.... Elle eut treize enfants.
Décorée de la Légion d'Honneur et Médaille de la Résistance
cette correspondance fut établie de 1943 à 1966, avec son amour....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/l056c-raison-dun-amour-mamagly-ol-d/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
DellolyChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Pureté des sentiments et sincérité dans cette magnifique lettre
où l’amour d’une vie se montre dans toute sa force et sa beauté…
Merci beaucoup Mamagly pour ce merveilleux moment de lecture..

Chantal

Delloly
Modérateur

merci de par ta lecture et tes mots
tu fais revivre son écriture
Bise
O

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE