«

»

Oct 30 2017

Imprimer ce Article

L052b Telle une Fleur – Mamagly (OL.D)

Quand je marche au printemps
dans une allée bordée d’arbres en fleurs,
et dont les fleurs tombées gisent sur le sol,
je change mon chemin ;
je regarde à mes pieds pour ne pas écraser
les fleurs et pétales gisant,
et si je suis obligée quand même de passer,
c’est après beaucoup d’hésitation,
un grand moment de réflexion.

Ces fleurs qui finissent par mourir,
qui viennent de tomber encore en beauté,
il m’est pénible de les achever ;
mais d’autres, au contraire,
sauvagement les écrasent,
se gardant bien d’en oublier une.…

Je suis comme ces fleurs
et je sens la chaussure qui m’écrase.
Il faut qu’elle m’écrase.
Qu’est-ce que je suis.
Qu’est-ce que valent ces petites peines,
seraient elles-même d’immenses détresses !
Qu’est-ce que ça vaut ?…

Certes, je suis orgueilleuse et ça m’est désagréable que d’autres que Nous-même

puissent disposer de notre existence
comme à s’imaginer qu’ils sont les seuls à en avoir le droit.

J‘ai beau essayer de me piétiner, de me moquer de moi,
ce maudit orgueil est tâche d’huile,
il réapparaît à la surface et m’aide un peu plus à me rendre malheureuse.

 Francis, c’est si dure la vie.

Quelle drôle de chose.
Elle est dure, terrible parfois
et l’on ne pense qu’à la donner de nouveau,
c’est drôle n’est-ce pas ?

Quand j’ai le cafard comme cela je me révolte un peu. Je me demande pourquoi
il m’est demandé tant de choses puisque je suis si peu forte.

 

©Telle une Fleur

©All rights reserved -Mamagly L052b(43)

 

C‘est à ce moment-là, vous savez que je voudrais
m’étendre de tout mon long,
sur une route, dans un champ, seule avec l’immensité ;
Je me répète alors « je donne ma démission, je n’en peux plus ».

C’est idiot.

Est-ce de ma faute si la vie m’a apporté des bonheurs difficiles.
L’ai-je demandé ?
Pourquoi cet acharnement à se méfier
de ce qui n’est pas simple ?

Je n’ai pas spécialement demandé du compliqué
c’est venu tout seul, comme cela, telle une fleur….

Moi aussi, je préférerais pouvoir, tout de suite, comme maman,
épouser au bout d’un mois celui que j’aime.
Vie facile et aisée, tout le monde accepte cela.
C’est à la portée de n’importe quel individu d’aimer la facilité
et d’avancer le bonheur.
Je ne mérite pas sans doute une vie sans difficulté.
Il me semble qu’elle est réservée aux grandes âmes

Je ne mérite pas du bonheur tout fait.
Il faut me le fabriquer avec de la lutte, de la patience,
de la persévérance, des larmes et du mal.
Le mien compte peu : c’est le vôtre… je ne désire que le vôtre,
et le partager.

Vous êtes mon bonheur et je vais m’endormir ce soir avec…

 

.Je Vous aime  !         Marileine

©Telle une fleur 1943

 

4+

Née le 28octobre 1922, Marie-Magdeleine Delabre fille De Maurice Delabre (Cour des Comptes) et de Marie Aline Cousin, vécut au 14rue de beaune à Paris07.
1ère aux Beaux Arts, non notée, en dessin. Elle entra dans la résistance dès le début en compagnie de son frère Jean-Marie Delabre (arrêté le 20/07/44, puis déporté). Elle fut courrier à Défense de la France, où elle y croisa son futur époux Francis, lui-même chef de liaison médicale France-Nord. Benjamine (pseudo) fut arrêtée le 04/08/44 à Paris, puis déportée à Ravensbruck, et Koenigsberg sur Oder, par le dernier train parti de Paris, avant la libération de Paris. Libérée en Mars45 par Joukov. Elle revint en France en torpilleur anglais, de Odessa à Marseille.... Elle eut treize enfants.
Décorée de la Légion d'Honneur et Médaille de la Résistance
cette correspondance fut établie de 1943 à 1966, avec son amour....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/l052b-telle-une-fleur-mamagly-ol-d/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
MamaglyAdrien Benoir Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Adrien Benoir
Membre
Adrien Benoir

Un parallèle d’une grande sensibilité!
J’ai aimé ce tendre poème.
Amitiés.
Adrien.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE