«

»

Juin 08 2017

Imprimer ce Article

A la source du vivre de Georges Roda-Gir

Le bonheur se hasarde parfois par delà la brutalité des obscurs
 
 
Aux sources du vivre
 
Incertitude aux sources du vivre,
Dans cet éboulis d’azur, empli d’aurore;
Quel est ce chemin pierreux où tu nous conduis ?🙄
Comme des esclaves précieux,
Là où la naissance eut lieu.
Moisson amere et bleu au cœur.
Nous allons de silence en silence
Où nul point n’a souffrance;
Ô sainte croix que je prie,
Jusqu’en son cœur rouge
Et ses veines meurtries.
Verrais-je les vibrations de l’éternité
Qui font pleurer la lumière et naître la beauté
Dans tout ce qui flotte et bouge.
Est-ce le jour, est-ce l’ heur ?
La foi nous porte ivre,.
Sur les sentiers de l’existence.
Maintenant, je sais ce que le temps dit tout bas,
Autour des vieilles choses.😔😔
A travers le bruissement du vent qui enfle et désespère,
Tu te révèles enfin à la mystique rose:
Ce mélange d’épines et de pourpres vivantes
Qui frémit à la parole fervente.
Il est tard pauvre aïeul, la terre se confond à ton ombre
La glèbe est retournée, obscure et profonde
Je vois se creuser le sillon enchanté dans la nature mère
Et ce qui doit être encore.
Je te sais sous chacun de mes pas.
 
0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/jeunesse-aux-source-du-vivre-de-georges-roda-gir/

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
Oliver Delabre - (Delloly)BeaM@1960Georges Roda-Gir Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Oliver Delabre - (Delloly)
Modérateur

Sujet poétique de tendresse mais un peu sombre à mon ressenti !
Bien écrit (140Vues au nombre de Vues, c’est preuve qu’il plait (le widget étant défaillant hélas)
qui demande relecture pour être entendu !
Ce, si vous pouviez corriger au 6ème Vers ; Moisson est du genre féminin !!
Pour la ponctuation, c’est un fait, ce n’est jamais aisé, même après les corrections
Un oubli est fréquent comme en relecture d’une épreuve de livre.
De fait, en classification poème, mieux vaut un “point virgule” qu’un “deux points” en fin de vers !

Merci pour le partage
Oliver

BeaM@1960
Membre

Un texte fort espère qu’il seront lu et entendu vos mots pour les maux de la terre et des hommes

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE