«

»

Sep 30 2018

Imprimer ce Article

Jamais ne s’ouvre cette porte – Guillaume Aatira

Pandore de mes rêves fous,

Trésor qui cache ma lumière.

Elle est derrière ton verrou,

La garderais-tu prisonnière?

.

J’écoute le chant du hibou

Qui cite les heures qu’emporte

un amour cruel et jaloux.

Jamais ne s’ouvre cette porte.

.

Pour compter ma douleur, mon mal,

J’ai gravé de mes mains, l’ivresse

Du temps fuyard, du temps fatal

Passé devant sa forteresse.

.

Mais le hibou chante toujours

Et toujours j’attends de la sorte,

Comme une statue, sans détours.

Jamais ne s’ouvre cette porte.

.

Là,sa fenêtre s’illumine!

La nuit a aussi un soleil!

Je sors de ténébreuses mines

Pour voir le jour et mon éveil.

.

Elle vient! blanche, d’un pas égal

Comme marcherait une morte!

Déjà, le phare est un fanal.

Jamais ne s’ouvre cette porte..

.

O, amants, chérissez l’amour

Que vos baisers soient ses cohortes,

Car quand la mort est son séjour:

Jamais ne s’ouvre cette porte.

©G AAtira

3+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/jamais-ne-souvre-cette-porte-guillaume-aatira/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
-Sam- Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
-Sam-
Invité
-Sam-

Probablement mon poème préféré venant de vous. A force de lecture et de relecture, il me semble le connaître presque par cœur et il en reste toujours aussi transportant. Bravo à vous, merci pour cet écrit.

0