«

»

Déc 20 2017

Christian Satgé

Imprimer ce Article

La hyène perdue en ville – Christian Satgé

Petite fable affable

On n’est jamais trompé que par ses sens,
Parfois, jusqu’au contresens,
Comme dans ce conte d’Afrique,
Folklorique et chimérique :

Une hyène poussée par la faim
Entre en ville afin
De se restaurer à la décharge.
Elle trouve, à sa marge,
Une bête, ébauche de menu,
Petite, inconnue,
Arborant une queue courbe et longue
« Comment on t’appelle ? »
Dit notre hyène qui l’interpelle.
L’autre, un peu morpion,
Comme on sait l’être chez les scorpions,
Crie : « Qu’elle me sente
Celle qui m’apostrophe, indécente ! »
La hyène vexée
Approche son nez, prête à boxer.
Le scorpion pique.
La douleur est comme un coup de trique.

Le fauve d’un bond
Recule, en larmes. Elle heurte un bon
Petit chien qui passe.
Face au charognard, il sent l’impasse
Et tremble de peur,
Mais quelle ne fut pas sa stupeur
En voyant la hyène
Hésiter à en faire une cène.
Car la bête a vu
Le fouet de ce nouveau-venu.
« Sans doute est-il frère
De l’autre nabot. Mille tonnerres,
J’ai failli mourir
Du dard du petit ; je vais périr
Si le gros m’attaque
Et finir mes jours dans ce cloaque ! »
La hyène s’enfuit
Bien plus vite que jour devant nuit.

Le chien en fut quitte
Pour la frousse et, donc, fonce en visite
Vers l’autre horizon.
Au bruit des fuyards sur le gazon,
Le scorpion panique.
Il croit que le fier esprit clanique
Des hyènes poussait
Sa victime, et les siens, courroucés,
À quelque vengeance.
Aussi fugua-t-elle, cette engeance,
Quoiqu’on ne sache où…
Sans doute, jusqu’au pays mandchou !

© Christian Satgé – octobre 2011

Le score Global : 0
Votez pour cet article !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Au sujet de l'auteur

Christian Satgé

Christian Satgé

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/hyene-perdue-ville-christian-satge/

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Fattoum Abidi
    Fattoum Abidi

    Merci Christian j’ai aimé cette fable affable la société animale se rapproche de la société humaine énormément dans ses bavures.
    Mes amitiés
    Fattoum.

    1. Christian Satgé
      Christian Satgé

      Merci fatum être d’une fidèle lectrice de mes délires.
      Au plaisir de vous lire
      Amitiés
      Christian

      1. Fattoum Abidi
        Fattoum Abidi

        Je vous en prie.

        1. Christian Satgé
          Christian Satgé

          De rien et pardon Fattoum d’avoir écorché votre prénom dans mon précédent courriel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.