«

»

Avr 19 2019

Imprimer ce Article

…Hurle le Vent – Delloly

1-Le vent hurle au dehors de la Demeure
du froid présent au soir, il demeure

Où êtes-vous, devions, Nous retrouver
en Demeure d’Yze au soir autour d’un dîner ;
ces heures écoulées à contempler grand vent
dans le vieux salon au miroir vieillissant
ont troublé mon coeur d’un froid pesant
rougissant doigts et visage m’endormant,
ne me souviens plus de l’émission parcourue
le vent soufflait comme un fou ayant couru
jusques à la lie blémissant comme fantôme,
alors j’ai monté les marches d’un souffle atone

Le vent hurle au-dehors de la Demeure
du froid, il demeure présent au soir,
sous la couette face à la cheminée
muette du calme d’un feu oublié
prisonnière d’un poel à fuel,
m’enfonce écoutant ribambelle
de sons astreignants et fous
comme d’une malice à Vous
fuir au loin de cette espérance
à se revoir là comme délivrance

.

4-Où êtes-vous ce soir de janvier
Vous attendais comme au premier
jour plaisant à nos regards
au Macao lumière sombre du noir
autour d’une tequilla et rondelles
s’amusant à briller lèvres violoncelles
jouant accords au fil de notes retenues
d’un murmure rappelant airs connus ;
Vous souvenez-vous du baiser îvre
brûlant ces coeurs aimant revivre

Je somnole sous le silence apparent
observant cette cheminée de son vent
jouant au fantôme de son souffle,
que faites-vous l’ivresse, je m’étouffe,
un cri strident hurle de l’effroi,
je blêmis du tremblement, j’ai froid,
la Demeure d’Yze se réveille,
que de hurlements criés, je m’éveille,
je me lève, balai en main fouettant l’antre,
une effraie crie “sauvez-moi, diantre” !

Où êtes-vous, ne Vous entends plus
Dame Effraie, votre chute, l’ai-je résolue
Vous seriez-vous endormie sous l’autan
Vous seriez-vous réfugiée court instant,
votre frayeur criée a hurlé ce corps
de perles chaudes trempant vêtement d’accords ;
vous ne me répondez pas, oh ! comme Miss Désir
de son silence, me conduit au souvenir
seul, cette nuit froide ventant les arbres
demain matin, ramasserais leurs branches

Le vent hurle au-dehors de la Demeure
dans le froid tremblotant, compte les heures,
bientôt m’endormirais seul sous la couette
observant le vieux miroir à devinette
usé d’un Temps passé sur la cheminée
ou de l’observé à Nous voir allongés ;
que n’ai-je décidé à venir ce vendredi
loin du bruit et fantaisies de Paris,
l’amour a ses raisons ignorant le Temps,
…à l’aube, me réveillerais… raison d’autant !

.

 ©Hurle le vent
© (P)-19/01/91 …Rochelle

.

8+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/hurle-le-vent-delloly/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
ChanTal-CAnne CaillouxDellolyBéatrice Montagnac Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Le vent hurlant, je l’ai entendu et suivi.
La chouette a montré le chemin avec ses cris d’effraie…
dans le froid de la maison vide ce soir de janvier.
Que ne ferait-on pas par amour ?
Merci Oli pour ce très beau poème
Bise

Chantal

Anne Cailloux
Membre

Vos mots ont hurlé dans le vent
Nous les avons bien entendus
envie de se lover au coin de la cheminée et ne plus bouger
Anne

Béatrice Montagnac
Membre

Hurle le vent de vos mots comme une caresse sur vos vers que proclame avec passion votre muse
amitiés

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE