«

»

Oct 14 2019

Imprimer ce Article

Histoire d’affaires – Philippe X

   

    Un matin radieux, comme seul il en existe en Auvergne, un étranger qui n’était pas d’ici, se présenta à l’accueil d’une petite fabrique de bimbeloterie et autres colifichets.

    Cette rencontre se déroula en AUVERGNE, dans la région d’ AMBERT .

    Sur la pancarte au dessus de la porte était inscrit :

« Maître Patenôtrier »

    Le visiteur, d’âge canonique, était porteur d’une aura qui faisait naître chez les individus qui le croisaient un immense respect, et un charisme naturel.

    « Bonjour….  je suis Dieu »

    Le patron, pas impressionné du tout, s’exprimant en patois local des gens d’ici, lui répondit :

    « Ben moi, je suis le patron et je mange ma soupe quand je l’ai gagnée » (expression locale qui veut dire : ne pas dépenser plus qu’on a gagné ).

    Le visiteur parlait toutes les langues du monde depuis qu’un jour de Pentecôte, il avait attribué à chaque homme, femmes de la terre, un esprit Saint… c’était il y a bien longtemps…. les temps ont changé.

    « j’ai besoin d’un homme simple, au savoir faire confirmé, ayant un sens des affaires bien affirmé, connaissant la valeur de choses, et dont l’honnêteté est légendaire ».

    Le Bougnat lui dit :

    « En poussant cette porte, c’est bien moi que vous cherchiez »

    Cet homme qui prêchait qu’il était difficile de devenir riche, et que ce qui comptait, c’était de s’empêcher d’être pauvre était un patenôtrier .

    Ce nom est une Altération du latin « Pater noster »   que l’on peut traduire par « Notre Père » ou             « patenôtre », fabricant des chapelets en émail, avec perles, à la nacre, à l’ambre, à l’argent, au corail, voire à l’or.

    Lors de l’égrenage, on interrompait les « avé » pour prononcer le « pater » sur les gros grains qui se succédaient tous les dizains. Ces gros grains étaient nommés « patenôtres » tandis que les petits grains étaient appelés « gaudes ». Ainsi, un chapelet se composait de plusieurs éléments ayant chacun leur usage propre :

               ° Une croix pour réciter le credo

               ° Des patenôtres pour prononcer le Pater

               ° Des gaudes pour dire les Avé

     En tout, le chapelet comptait ainsi 59 grains au total.

   Travailleurs indépendants rétribués à la tâche, ils tenaient en haute estime leur statut de fabricants d’objets religieux et déclaraient haut et fort qu’ils n’avaient ni dieu ni maître en dehors de l’Église et de ses règles :

    – Obligation de cesser le travail les samedis et veilles de fêtes ” au tiers coups de vêpres.”

    – Limitation du travail au polissage et à l’enfilage des grains durant les samedis et les vigiles

    – Obligation de cesser tout travail au coup de none, autrement dit à trois heures de l’après-midi.

    Et c’est ce qui plut à Dieu.

    Poursuivant le monologue, le Visiteur du soir lui déclara :

   « Je vais te faire une offre que tu ne pourras pas refuser. Sur un autre continent, j’ai permis à des hommes de croire en un Dieu différent de celui que je suis….Ils me vénèrent sans le savoir et ont besoin eux aussi d’objet de culte….ils sont nombreux et un jour, seront à votre porte ».

     L’Auvergnat a la réputation d’être « près de ses sous ».. .c’est faux ! Il est conscient de la valeur des choses de la vie et de la pénibilité du travail.

    Saviez-vous que pour aider son père, receveur des impôts, à effectuer ses fastidieux calculs en réduisant le risque d’erreurs, Blaise Pascal (1623-1662) conçoit dès 1642 une machine à calculer, la première connue dans l’histoire et considérée comme la première machine à calculer.

    Près de la cathédrale de Clermont-Ferrand, se trouve l’emplacement de sa maison.

    Notre Ambertois a la tête bien faite et bien pleine, la Pascaline, qu’il a dans sa tête, se met en marche, le calcul est vite fait …. les Musulmans sont-ils plus nombreux que les Auvergnats et les Français réunis ?…peut être ! Mais dans le doute abstiens-toi…de ne pas répondre.

   L’air bougon, c’est à peine si sa moustache laisse passer la réponse, un peu comme si c’était lui qui « par bonté, il voulait bien accepter la manne que va représenter ce marché ».

    « faut voir….finissez d’entrer à la maison, venez voir le petit comme il est grand…..et si vous descendez, montez donc ! » Interjectant dans son patois des 3 vallées, il fera une invitation à poursuive la conversation à l’abri de tous regards… prudence est mère de sûreté.

    Citations que reprendra un jour un autre Auvergnat célèbre : Fernand RAYNAUD .

    Heureux qu’il est l’artisan, si certains occupent le bas du fossé, lui, il a décidé de tenir le haut du pavé.

    Et c’est ainsi que de nos jours, des entreprises de PATENOTRIERS d’ AUVERGNE, fabriquent et livrent dans divers pays, des objets religieux pour les adeptes d’autres religions

    ..Les affaires sont les affaires… lorsque nous nous occupons des affaires de Dieu, Dieu s’occupe de nos affaires.

.

©Philippe X – 14/10/2019

.

6+
En roue libre | [email protected] | Site Web

'' nul n'est prophète en son pays''...c'est pour cette raison que je voyage.
''Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit.''...vous êtes mes invités, au banquet de la littérature....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/histoire-daffaires-philippe-x/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
OberLenonPhilippe XAnne CaillouxChristian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
OberLenon
Membre
OberLenon

Passionnant. Merci pour la découverte de ce métier rare et la manière étonnante dont vous avez construit la trame du récit. Vous nous tenez en haleine jusqu’au point final. Affaire et refaire 🙂

Anne Cailloux
Membre

Qu’elle union, je n’aurais pas penser. Nous apprenons toujours beaucoup de chose grâce à vous Philippe et vous nous faite visiter et connaitre les us et coutumes de nos belles régions
Anne

Christian Satgé
Membre

Voilà qui est édifiant… et drôle. Et ce mariage-là n’est pas facile à réaliser. Bravo donc cher Loup pour cette réussite…

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE