«

»

Nov 11 2018

Imprimer ce Article

Gratitude – Serge Campagna

Au printemps mille neuf cent quatorze, l’archiduc François Ferdinand s’en fut à Sarajevo expliquer au peuple serbe un tantinet grincheux que l’été serait chaud.

Dans la foule qui le huait, se pressaient les sept nains dont le plus rétif avait des principes. D’un geste emphatique, il étripa par inadvertance l’occupant de passage et fit du hachis de duc.

Au mois de juillet, on manqua un peu de sang froid si bien que d’injures en insultes, l’Europe en vint aux menaces et aux exhibitions de biceps démesurés.

Début août, la France bomba ses pectoraux. La troupe défila en ordre strict sur les boulevards parisiens. De garance et gris bleuté, les fantassins, fantasques et fantasmagoriques, assénèrent du pas cadencé sur le pavé surchauffé.

Les brodequins claquèrent, les jambières tressautèrent, les képis cahotèrent, les cartouchières s’émoustillèrent au rythme rapide des télégraphes qui morsaient et démorsaient les préparatifs de la France française.

Autrichiens, hongrois, germains, souabes et slovaques n’avaient qu’à bien se tenir! A vendanges ils seraient rétamés et les gaulois revigorés fouleraient dans la gaité du retour le raisin mûr de la victoire !

Verticales et fières, les baïonnettes rutilaient au soleil de midi, à l’assaut des trilles musclés des clairons et du rythme assuré des tambours sonores. La foule reconnaissante applaudissait des deux mains et encourageait de la voix.

Une Marseillaise endiablée ricochait de trottoirs en trottoirs. Paris épaulait ses pioupious, leur gonflait le plastron, leur emboîtait le pas, leur transmettait son énergie.

Partout de la liesse, partout de la patrie, partout de l’enthousiasme.

Sauf sur le boulevard du Montparnasse.

Là, sur la terrasse de la Rotonde, attablée devant des flots de vins blancs et rouges, la manne bohème ricanait à l’ordonnancement méthodique de la force déployée comme à la niaise envolée de la foule franchouillarde.

Car aucun n’était français.

Ils étaient peintres, poètes, sculpteurs, photographes et avaient choisi la dèche pour vivre leur art.

Tous étaient artistes.

La plupart anarchistes.

Les autres, rien du tout.

Tous avaient choisi la France qui leur permettait de s’épanouir au creux d’une marge où l’on confondait parfois modèle et maîtresse, compagne et compagnon, eau de seltz et eau de vie…

Dos aux quolibets, la foule en extase fit volte-face. Ses chants se muèrent en injures qui conseillaient aux métèques de retourner chez eux !

On s’aperçut alors que l’hospitalité ne sied pas toujours aux heures martiales !

Les moqueurs étaient suisses, italiens, hollandais, hongrois, russes, suédois ou juifs. Il ne manquait qu’Apollinaire l’apatride qui enchantait Paris de ses vers ondulants.

Alors on fit sans lui.

Blaise Cendrars, l’helvète énigmatique harangua ses comparses. Avec véhémence, il martela que la France accueillante et débonnaire avait besoin qu’on l’aide. Que, de nouveau libre et fière elle saurait être reconnaissante.

On se toisa.

On s’interrogea du regard.

En silence.

Puis on parla. Les débats s’enflammèrent. Longtemps.

On cria. Beaucoup.

On but. Suffisamment.

Puis, on écrit. On lut, on ratura, on réécrit.

On relut. On signa. On applaudit.

Le lendemain, « l’appel aux étrangers vivant en France » s’étala dans la presse.

Il s’afficha sur les murs de Paris.

Les bohèmes lui emboitèrent le pas et patientèrent dans les files d’attente des centres d’engagement.

Guillaume n’était toujours pas là. Il signait ailleurs son engagement.

Puis tous s’égaillèrent dans le saupoudrage des fronts.

Cendrars, le suisse ombrageux en Champagne où un obus querelleur lui sectionna une main…

Canudo, l’italien enjôleur en Macédoine,..

Czaki, le hongrois taciturne en Orient…

Sarluis, le hollandais hâbleur un peu partout …

Apollinaire resta cloué devant Berry au Bac. Il lévita longtemps entre vivants et morts.

Ceux-ci revinrent et découvrirent le graal qui prit forme de nationalité française.

Les autres ne connurent que l’oubli.

 

©Serge Campagna

4+

Je suis arrivé en 1955 en Dauphiné et l'ennui de l'enfance m'a vite poussé vers les mots et leurs majestueuses farandoles.
J'eus très tôt la chance et le bonheur de croiser la route de maîtres qui me firent voyager sur les phrases de Musset, d'Apollinaire, de Baudelaire, de Cendrars...
Ma propension au sourire m'ouvrit plus tard les grâces de Bobby Lapointe, de Cavanna, de Desproges...
Puis, il y eut Guillevic, Max Jacob et l'immense Francis Ponge... En parallèle, s'immiscèrent Giono, Ramuz, Gougaud...
Depuis, mes textes recherchent le flot serein du voyage, les cataractes de la révolte ou les rives ombragées de l'harmonie.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/gratitude-serge-campagna/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Laurent VasicekSerge CampagnaAnne CaillouxChristian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Laurent Vasicek
Membre
Laurent Vasicek

Merci pour ce moment d’histoire … qui décrit si bien l’époque et son atmosphère …

Anne Cailloux
Membre

Une partie de notre histoire qui nous fais du bien de relire
si bien écrit. .Pas facile ce sujet
Anne

Christian Satgé
Membre

Un texte fort et frappé au coin du bon sens pour rappeler certaines réalités un peu vite oubliées… Bravo et merci.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE