«

»

Jan 15 2020

Imprimer ce Article

Grand courroux envers le grand gourou – Christian Satgé

Petite fable affable

Prenant le succès pour du mérite,
Une bande de kangourous
En sa brousse, rendait un rite
À l’un des leurs, un très grand roux,
Qui passait pour avoir renarde
Ruse et n’être que tromperie
Duperie, rouerie, piperie,…
Même pour qui est sur ses gardes.

On aime suivre à se damner
Qui, en vent, en vain, vous en compte
Aimant les chimères, les contes
Qui le font, là, plus grand qu’il n’est…

Faisant ripaille et chère lie,
Carrousse, liesse et bombance,
Nos bêtes allaient en chienlit
Là où ils traînent leur errance,
Car ils avaient ce maître queue
Partout, pour seul chef et pour guide,
Patron bien plus sûr que guilde
De dieux, même belliqueux.

À  croire que la vanité
Éloigne péril et décompte
Du temps chez les laissés-pour-compte
Du courage aimant s’agiter.

Prenant leur veule obéissance
Pour du respect, leurs flatteries
Pour affection, l’Excellence
Se crut, non sans afféterie,
Quoi qu’il en coûte ou advienne,
Au moins invincible, ici-bas.
Pourtant il refusa un combat
Contre un dingo, moins que hyène.

On bafoue la fatuité
De ce pleutre proclamé ponte
Quand sa propre crédulité
Devrait faire rougir de honte…

Humilié, il disparut
Du pays, laissant nus ses frères
Et leurs mères, filles et brus
Désespérées sur cette terre
Surtout quand, avec l’air marlou,
Quelque walibi, esprit libre,
Leur dit : « Agneau en peau de tigre
Craindra, hélas, toujours le Loup ! »

© Christian Satgé – décembre 2019

5+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/grand-courroux-envers-le-grand-gourou-christian-satge/

8
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
Anne CaillouxChristian SatgéOberLenonBrahim BoumedienFattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

ba oui, un âne en manteau de vison restera un âne..
encore une bien vrai fable.
Merci de nous les rappeler.
Anne.

0
OberLenon
Membre
OberLenon

Vous êtes très inspiré. Les hableurs finissent toujours par essuyer un camouflet

0
Brahim Boumedien
Membre

Merci, Christian, pour ce partage dont la morale et sans ambages !

0
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bravo Christian pour ce superbe fable j’apprécie beaucoup
Agréable journée
Mes amitiés
Fattoum.

0