«

»

Avr 20 2019

Imprimer ce Article

Figés dans le passé – Bernadette Laroze

 

Les années cinquante et soixante, je me les rappelle

Au grand dépit mes parents qui les ignoraient

Et qui en moi aujourd’hui encore sont bien visuelles

À mon désarroi papa et maman de progresser, refusaient.

.

Longtemps mon frère et moi avons cru

Que le changement d’après-guerre était le lot des aisés

Ce qui n’était pas notre cas, et ainsi il en fût

Notre condition nous l’avions acceptée.

.

Les années ont passé et les questions ont commencé

Il devint évident que nos parents refusaient d’avancer par choix

Ils se plaisaient à vivre dans l’avant-guerre dans le passé

Au grand désarroi de mon frère et moi.

.

La gare n’a jamais existé dans ce pays où je suis née

De voiture au garage jamais non plus.

Juste avant l’adolescence je rêvais de m’évader

Sur ces routes interminables de l’inconnu.

.

Un grain en moi commença à germer qui dura des années.

Paralysée de peur à la seule pensée de rester prisonnière

Dans ce village où maman aurait aimé me marier

À un gentil garçon du coin et me garder à part entière.

.

Souvent, prise de panique je me promettais

De m’échapper le plus vite possible avant de tomber amoureuse

D’un garçon des environs dans son village implanté

Pour rendre ma vie malheureuse.

.

De nombreuses fois je suis revenue  dans ce petit village ou je suis née

Où j’ai grandi, mais après quelques jours de visite chez mes parents

Je ressentais cette panique m’attaquer

Et de me demander si je pourrais repartir maintenant.

.

Pourquoi suis-je différente de  mes amis, qui, comme moi

ont grandi dans ce même village

Et qui éprouvent une grande joie à y revenir

Alors que je préfère d’autres paysages ;

.

Cependant je me réjouissais de visiter mes parents

Et nous rappeler nos souvenirs.

.

©Bernadette Laroze – 20/04/2019

 

5+

Je suis née en Bourgogne.

Je me suis mariée avec un pied-noir d'Algérie
(ce qui 'était presque un crime en 1963.) avec qui
j’ai donné naissance à un garçon.

Nous sommes ensuite partis au Canada où nous
sommes restés un peu plus de trois ans. Nous avons
vécu dans un petit village minier au nord de la Province de Québec et ensuite nous sommes allés à Montréal puis Toronto.

Nous avons ensuite émigré aux États-Unis à Fort Lauderdale en Floride où nous nous sommes ancrés à vie. Mon deuxième fils est né en Floride.
J’ai fait de nombreux voyages en France, et tout a cessé
lorsque mes parents sont décédés.

Merci de me lire.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/figes-dans-le-passe-bernadette-laroze/

4
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Bernadette LarozePhilippe X Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Philippe X
Membre

” Nul n’est censé ignorer les lois de l’attraction terrestre “…et pourtant une force pousse certains d’entre nous a aller voir ce qui se passe derrière les montagnes, à goutter à une herbe plus verte et aux cerises plus mures sur l’arbre du voisin.
Heureuse voyageuse, ne contez plus vos regrets, mais ce qui a fait, ce qu’à ce jour vous êtes, vous pouvez nous le raconter.
Bravo pour votre courage…songer à celles et ceux qui n’ont eu que leur salon pour s’évader ! et pour d’autres aller chercher le pain quotidien c’est l’Aventure !

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE