«

»

Avr 16 2019

Imprimer ce Article

Emilie – Jocelyn Vedrenne

La passerelle s’éteint
Meurent un à un
Les cœurs de lumière
Les fils de lierre.

Ni amis, ni amants
Emilie, en mille ans
Ni la pluie, ni le vent
Ni depuis, ni avant.

Le pont se plie
Et s’égare aussi
Il s’oublie vers le noir
Il s’étend dérisoire.

Ni écrit, ni criant
Emilie, en riant,
Ni la nuit, ni rêvant
Ni depuis, ni avant.

Le banc se lisse,
Craquent et ternissent
Les veines de vie,
Les couleurs de l’envie.

Ni non-dit, ni autant,
Emilie, en partant,
Ni l’ennui, ni l’enfant,
Ni depuis, ni avant.

Le lit se sèche,
Se taisent et s’empêchent
Les mots et les cris,
Les gestes de mépris.

Ni terni, ni errant,
Emilie, en pleurant
Ni sans lui, ni vivant,
Ni depuis, ni avant.

Jocelyn Vedrenne

4+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/emilie-jocelyn-vedrenne/

5
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Jocelyn VedrenneAnne CaillouxBéatrice MontagnacChristian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

J’aime bien..
Anne

Béatrice Montagnac
Membre

Bonsoir j’ai adoré Jocelyn belle plume bravo
Bises !

Christian Satgé
Membre

Une patte certaine dans un style bien mâtrisé. Bravo et merci

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE