«

»

Mar 18 2018

Imprimer ce Article

Elle… – ChanTal-C

 

On ne l’attendait pas, on ne la voulait pas, mais elle vint cependant rejoindre un frère… l’enfant chéri, idolâtré…

   Cette petite fille ne pleurait pas, se faisait oublier, sentant confusément qu’elle devait se taire. 

    Elle grandit donc sans bruit, malgré les manques et les rebuffades lui étant octroyés…

    Seul, un grand-père, homme merveilleux de bonté, lui donna tout l’amour que d’autres lui refusaient…

    Vint le temps de l’école. Elève réservée, appliquée, trop sérieuse, ne jouant pas, elle passait chaque instant de liberté dans les livres.

    C’est ainsi que les rêves devinrent son élixir de vie, des refuges de douceur et d’amour.

    À onze ans le lycée : ouverture vers le monde. 

    Son grand frère surveillait tous ses gestes ; possessif et violent, enfant gâté, il dirigeait, il exigeait… Elle refusait de se soumettre.

    Ce soir-là, parents absents, en colère devant sa résistance, il employa la force…

Il prit ce qu’il voulait…                                                                                                                                                                Et s’en alla…

   Hébétée et tremblante, elle resta éveillée, guettant le moindre bruit suspect…

Ce fut sa première nuit sans sommeil. 

    Au retour des parents, elle parla à sa mère qui refusa de croire ce qu’elle lui racontait, la rendant responsable et soutenant le frère… Intimant le silence sur cette chose abjecte ;                                                                

“Personne ne voulait de toi !! Alors, Tais-toi”….

Elle se tut,  très longtemps…

    Le temps passa. Elle confia sa douleur à ses cahiers offerts par son grand-père. 

    Celui-ci, supportant très mal la tristesse évidente de sa petite fille, eut l’idée de prétexter son envie d’être accompagné dans le voyage qu’il devait faire, pour l’amener loin de cette maison…

C’était les vacances ; ils partirent rejoindre la famille éloignée, dans un petit village où la montagne tutoyait la mer… Des cousins qu’elle ne connaissait pas encore…

 

 

 

Auprès de ces personnes discrètes, généreuses, bienveillantes, ne lui proposant que le beau, la laissant libre, peu à peu, elle recommença à s’ouvrir à la vie…

    Promenades sans fin vers les sommets, s’allongeant dans des prairies de fleurs peuplées de papillons,  regardant le spectacle du ciel, dans un silence traversé par instant des appels de marmottes, renvoyés par l’écho, elle croisait  aussi les bouquetins accrochés aux rochers ou sautant avec grâce. Elle s’émerveillait du ballet étourdissant des oiseaux se laissant porter par le vent doux d’été. 

    Elle ne se lassait pas de cette paix sereine qui lui était offerte.

    Parfois, assise au sommet d’un rocher, elle criait, à pleins poumons, elle criait…                                                          

    Ses cris la libéraient de ces silences l’étouffant depuis si longtemps. Un grand soupir venait ensuite, et elle pouvait enfin revenir et timidement se mêler aux conversations, encouragée d’un sourire de Marina, cette cousine merveilleuse qui la comprenait si bien. 

    Elle eut le sentiment de renaître.

Ce fut le début d’une autre vie, calme, apaisée, entourée d’affection et d’amour. 

    La montagne et la mer pour décor, elle écrivit, vida son cœur d’avant… pour ne voir que le beau.                          

    Elle se sentie lavée de tout, comme neuve, et posa le mot FIN…

   Ô.., elle n’oublierait pas, mais elle tourna la page, fermant le livre du passé…                                                            

    Elle ne pensa plus qu’à l’avenir qu’elle voulait serein. 

    Le temps a passé, et jeune femme, gaie et grave à la fois, elle construisit un foyer où le bonheur fut roi, où ses enfants, choyés, aimés et protégés seront bientôt des hommes sachant donner l’amour autant qu’ils l’ont reçu. 

   La vie est ainsi faite…

   Quelle que soit la souffrance, si on le veut vraiment… Elle peut être belle…                                                                

   Tout peut recommencer…

 

  ChanTal-C – (N) 15/03/2018 – 001/021

*Texte composé suivant une promesse faite il y a longtemps à une amie d’enfance et son histoire.

  

8+

Amoureuse des beaux écrits, ne meurtrissant pas le rêve de la Vie.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/elle-chantal-c/

15
Poster un Commentaire

avatar
6 Sujets de commentaires
9 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
7 Commentaires des Auteurs
Philippe CorrecPhilippe xAnne CaillouxVal RevalDelloly Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Philippe Correc
Membre

Un thème très difficile à retranscrire. Bravo pour ce combat.

Philippe x
Membre

posa le mot FIN…où tout commence.
Combien n’ont pas le “pouvoir” de dire et traînent au travers de leurs attitudes incomprises de terribles blessures,

Anne Cailloux
Membre

Des maux qu’ils faut absolument vomir quelque part. Les écrire et fermer ce livre..
ce qui ne nous tue pas …..
Merci Chantal pour cet écrit, il n’est jamais facile de le dire sans le revivre en corps!
Bises à vous
Amitiés
Anne

Val Reval
Membre
Val Reval

Important de comprendre le chemin qui fait ce que nous sommes car notre force en devient décuplée.
J’entends cette force qui survit à l’épreuve, qui se nourrit du beau, qui est partout dans ce texte.
Merci Chantal pour ce partage.
Bises,
Val

Delloly
Modérateur

Merci Chantal de nous faire partager cette nouvelle contant
une situation très difficile d’une amie, et d’avoir tenu votre promesse à celle-ci
Il est juste à notre époque de ne pas oublier ces tragédies
Oli

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bonjour Chantal c’est la première fois que je vous lise un texte en prose, un texte émouvant en témoignage d’une souffrance enfantine et d’une blessure mémorisée et surmontée par une femme. En parcourant votre texte je me sentais très émue. Ah! La société patriarcale favorise le garçon. On ne cesse pas de militer pour l’égalité des droits et des devoirs entre les sexes. Le temps donnera gain de causes pour les ayants droits. Bravo d’avoir témoigné en son nom le négatif. Il est bien qu’elle ait surmonté cette dure épreuve survenue pendant l’âge sensible celui de l’enfance. Soyez certaine que… Lire la suite »

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE