«

»

Jan 01 2019

Christian Satgé

Imprimer ce Article

Du tintouin chez les babouins – Christian Satgé

Fable affable

 

Une bande de babouins vivait
En démocratie comme en un duvet :
Alors qu’elle en disait pis que pendre
C’était le moins mauvais, à tout prendre,
Des régimes avait-elle appris :
Le savoir endormait leur esprit
Critique et leurs sens sans que ça brame ;
L’avoir consolait, reposait l’âme…

 

Se répandit chez eux un grincheux
En maints propos sales et fâcheux :
« Que vous dit la Démocratie, Frères ?
“Cause toujours, j’n’en ai rien à faire !”
La Dictature, son opposée,
Affirme franchement, ‘faut l’oser :
“Ferme ta gueule !”… La différence ?
Chassons donc les malhonnêtes rances ! »
La babine du babouin discourt
Ainsi sur tout : il part – faisons court –
De faits distordus jusqu’au mensonge,
Analyse en faux, et comme éponge
La plèbe, jamais à court de maux,
Absorbe et dégorge ses mots
Quand, peu doués pour l’art oratoire,
D’autres font bailler leur auditoire.

 

La lie du peuple fut convaincue
Puis la crème s’avoua vaincue,
Oui des ventres pleins !, chez nos prospères
Babouins que la paix rendait pépères.
Qu’attends-tu, dis-moi, pauvre électeur,
D’un bateleur calomniateur ?
Et ça babille et ça colloque
Mais la réflexion n’est que loques.
Ceux qui résistent sont dits « envieux » ;
S’époumonent ces sages, ces vieux :
« Ça soulagera maux et méninges
Et rebrodera d’espoir ton linge
De remplacer, vile fantaisie,
Les nases au pouvoir par des Nazis ?! »
Mais les urnes choisissent, ça choque,
Ce néo-tyran battant breloque.

 

Il chassa Étrangers, Sang-mêlés
« Empêchant son peuple d’ exceller »
Puis l’élu abrogea la Culture :
Elle n’existait pas dans la Nature !
Foutaises la santé des coquins
Et l’École pour tout-un-chacun !
Il fit traquer, chasseur inlassable,
Tous les « coupables et responsables ».

 

Des « erreurs » et « malheurs » du passé ;
La plupart d’eux, vite, a trépassé.
Déjà, le peuple avait la peau lisse
Au cul ; lors, il y eut la police !
La plèbe, bons singes alignés,
N’osait à tout cela rechigner :
Muet, sourd et aveugle on échappe,
Un temps, au bourreau de ce satrape !

 

Ceux qui votèrent l’inanité,
L’iniquité, l’inhumanité,…
Un tout autre matin se lassèrent.
En foule et, de force, remplacèrent
Le régime qu’ils avaient assis,
République, d’vint démocratie.
Il n’est, quand éclate sa colère,
Plus vulgaire que le populaire !
Les maîtres n’ont que l’autorité
Qu’on leur laisse mais, par fatuité,
Beaucoup vite oublient que, seul, le Peuple
A le pouvoir : et qu’hélas ce Peuple
Est plus impérissable que rois
Ou dictateurs ; mieux que c’est son droit,
Et même son devoir le plus noble,
De renverser ses chefs les plus ignobles.

 

Gouvernant, à tout peuple déçu
Correspond un dirigeant déchu
Et si tu ne plies pas, Cher Paillasse,
Il faudra, crois-moi, que tu te casses
Dès que ton temps aura trépassé,
Quand le vent, vil, vain, aura passé.
C’est de cette histoire la morale,
De l’Histoire, leçon magistrale.

 

© Christian Satgé – juillet 2015

Le score Global : 0
Votez pour cet article !
[Total: Moyenne: ]

Au sujet de l'auteur

Christian Satgé

Christian Satgé

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/du-tintouin-chez-les-babouins-christian-satge/

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Serge Campagna
    Serge Campagna

    Et bien pour commencer l’année, voilà un texte qui remet les singeries de quelques scéne-acteurs et dépités à leur place ! Personnellement, j’adore ! Regimber me gêne si peu depuis que les années 70 m’ont mis la peau lisse au cul !

    1. Christian Satgé
      Christian Satgé

      Merci Serge, il faut savoir se rebeller et je crois, contrairement à ce que l’on dit et croit de la fable, que c’est une des fonctions de celle-ci. “La révolution permanente” de G. Moustaki doit nous être raison d’être à défaut de raison de vivre. Amicalement…

      1. Serge Campagna
        Serge Campagna

        Excellente référence dont je n’avais pas songé sans la nommer vous parler d’elle !

  2. Elisabeth Lepage
    Léli Zabeth

    Une sacré morale politicienne ! C’est magistral et j’aime beaucoup ; c’est d’une actualité intemporelle. Merci…et bonne année !

    1. Christian Satgé
      Christian Satgé

      Merci Anne-Marie pour ce charmant commentaire sur une fable écrite naguère (2015 !) mais qui résonne toujours aux oreilles de 2018 voire 2019/ Autre contexte mais me^me texte. C’est sans doute cela, sans prétention aucune, le secret d’une fable a peu près réussie. Amicalement et bonne année à vous uni ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.